Les Etats-Unis sont prêts à reconnaître la souveraineté israélienne sur le Golan syrien 2
#Actualite #Decideurs #Economie #Politique #ISRAEL
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 22 mars 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 22 Mars 2019 à 10:31

Annexé depuis 1981, le plateau du Golan au nord-est d’Israël est disputé entre le régime syrien et l’Etat hébreu. Dans un tweet, le président américain Donald Trump a annoncé vouloir “reconnaître pleinement la souveraineté d’Israël sur le Golan. Une annonce qui provoque la colère des dirigeants de la région.

Le président américain Donald Trump a tweeté jeudi 21 mars : « Après cinquante-deux ans, il est temps pour les Etats-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d’Israël sur le Golan, qui a une importance stratégique pour l’Etat d’Israël et la stabilité régionale. »

Cette annonce intervient quatre jours après la visite du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, qui est actuellement en campagne pour les élections législatives du 9 avril.

Ce dernier a vivement remercié son homologue américain via son compte Twitter : « Au moment où l’Iran cherche à utiliser la Syrie comme une plate-forme pour détruire Israël, le président Trump reconnaît avec courage la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan. Merci, président Trump ! »

“Le Golan restera arabe et syrien”

En Syrie, le ministère des Affaires étrangères dénonce « une violation flagrante du droit international » qui « confirme une nouvelle fois le parti pris aveugle des Etats-Unis en faveur de l’occupation sioniste et leur soutien à cette attitude agressive. »

Le ministère ajoute que les déclarations américaines « ne changeront rien au fait que le Golan est et restera arabe et syrien. »

La Russie, l’Iran et la Turquie ont dénoncé de leur côté la démarche illégale et unilatérale des Etats-Unis, considérant la République Arabe de Syrie comme la seule propriétaire légale du Golan. 

Le plateau du Golan (1200 km2) a été conquis par Israël lors de la guerre des six jours en 1967 puis annexé en 1981, sans reconnaissance du Conseil de sécurité de l’ONU. En novembre 2018, les Etats-Unis et Israël ont été les deux seuls pays à voter contre une résolution de l’ONU considérant l’annexion du Golan comme « nulle et non avenue ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *