Crise politique en Algérie : tour d’horizon des réactions régionales
#Actualite #Decideurs #EchangesMediterraneens #Politique #ALGERIE #MAROC #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
mardi 26 mars 2019 Dernière mise à jour le Mardi 26 Mars 2019 à 08:15

Du Maroc à la Tunisie en passant par les pays du Sahel, les voisins de l’Algérie font preuve d’une neutralité totale quant à la crise politique dans le pays. Tour d’horizon des réactions régionales avec Ecomnews Med.

Depuis le début de la contestation en Algérie, les Etats voisins on fait preuve d’une neutralité totale. Les déclarations des responsables politiques des pays du Maghreb sont restées très prudentes, parfois protocolaires, mais elles se sont toutes accordées sur l’importance de respecter la volonté du peuple.

Le Maroc clame haut et fort sa « non-ingérence »

Les éditos de certains médias algériens proches du pouvoir ont accusé Rabat, mais aussi les islamistes algériens, des agents américains et des mercenaires serbes de vouloir nuire au caractère pacifique des manifestations contre le 5e mandat du président sortant Abdelaziz Bouteflika. Le Maroc, qui s’est muré dans un silence assourdissant, s’est brièvement exprimé via un communiqué officiel du chef de sa diplomatie, Nacer Bourita.

Ce dernier a déclaré la « non-ingérence du Royaume par rapport aux événements récents » qui secouent son pays voisin. Aussi, le responsable marocain a profité de l’occasion pour exprimer son étonnement face aux « fausses allégations » visant son pays, avant d’inviter les médias algériens qui ont relayé ces allégations de « faire montre de professionnalisme ».

Preuve que Rabat veut rester à l’écart de ce qui se passe chez son voisin et meilleur ennemi, la 2chaîne de télévision marocaine « 2M », a annulé à la dernière minute un épisode de son célèbre Talk-Show « Moubachara Maakoum » qui devait être consacré à la crise politique algérienne.

Tunisie : le silence absolu

En dehors d’une « non-réponse » du Président de la République, Béji Caïd Essebsi, aucun politicien tunisien ne s’est exprimé sur les manifestations contestant le 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika. C’est à Genève, où il a participé à l’ouverture des travaux de la 40e session du conseil des droits de l’Homme, que le Président tunisien a déclaré « ne pas avoir de leçons à donner à ses voisins », avant d’ajouter que le peuple algérien était « libre de s’exprimer comme il l’entend sur sa gouvernance ».

Ne souhaitant guère entacher les relations privilégiées et historiques qui lient Tunis à Alger, le pays de Bourguiba a interdit toute manifestation au sujet de ce qui se passe chez le voisin algérien. Rappelons que des Tunisiens étaient sortis dénoncer un hold-up sur la démocratie vendredi dernier, en solidarité avec les manifestations algériennes.

Cette prise de position s’explique également par la dépendance énergétique de Tunis envers son voisin, riche en hydrocarbures, ainsi que par le rôle d’Alger dont l’armée protège les quelque 1 000 km de frontières terrestres entre les deux pays.

Pays du Sahel : une anxiété justifiée par les menaces terroristes

Une source gouvernementale nigérienne a déclaré à nos confrères du journal français Le Monde que tout ce qui était de nature à compromettre la stabilité de l’Algérie « inquiétait les Nigériens au plus haut niveau ». Une préoccupation partagée par la Mauritanie, dont l’ancien ministre des Affaires étrangères et actuel directeur exécutif de l’Institut mauritanien d’études stratégiques, Dahane Ahmed Mahmoud, a rappelé le rôle d’Alger en tant que « pays central du Maghreb ».

Au Mali, autre pays voisin, un proche de la présidence a émis des doutes sur la possibilité de voir éclore un printemps arabe tardif en Algérie. D’autre part, l’ancien chef de la diplomatie à Bamako, Tiéman Hubert Coulibaly, a mis en garde contre toute atteinte à la stabilité de l’Algérie, craignant en effet une recrudescence de la menace terroriste dans le Sahel.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *