Nidaa Tounes : un congrès électif qui révèle un parti plus que jamais divisé
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
lundi 15 avril 2019 Dernière mise à jour le Lundi 15 Avril 2019 à 08:25

Le parti du président tunisien en exercice, Nidaa Tounes (l’appel de la Tunisie), a tenu son congrès électif les 6 et 7 avril dernier à Monastir. Au programme : adoption des rapports moral et financier, amendement du règlement intérieur et création de nouvelles structures. Mais à l’issue de cette réunion, coup de théâtre : le parti se voit désormais doté de deux bureaux politiques et affiche plus que jamais ses divisions.

Plus de 10 000 partisans de toutes les régions tunisiennes et 1800 députés et élus : pour son premier congrès électif, Nidaa Tounes a décidé de faire les choses en grand. Le coup d’envoi du congrès a été donné le samedi 6 avril par le président tunisien, Beji Caid Essebsi (BCE), dans un contexte de crise de l’économie tunisienne.

Fondateur du parti et figure emblématique du progressisme en Tunisie, BCE a annoncé lors de son intervention, à la surprise générale, qu’il ne se représentera pas pour un nouveau mandat de présidence du pays en novembre.

Âgé de 92 ans, le président tunisien a estimé qu’il était temps pour lui de se retirer, et l’annonce faite aux quelques 3000 militants venus des quatre coins du pays n’a pas manqué de semer le doute sur le renouveau tant espéré du parti. En outre, ce premier congrès électif de Nidaa Tounes avait pour objectif d’aboutir à la nomination d’un conseil national, une assemblée du parti, un bureau politique et une direction.

Mais coup de théâtre : alors qu’à la suite de ce congrès, Hafedh Caïd Essebsi, le fils du président, a été élu à la tête de cette instance à Monastir dimanche 14 avril, d’autres membres du parti ont convoqué une réunion parallèle à Hammamet (60 km au sud de Tunis). Résultat : ils ont élu Sofiène Toubel, député et chef du bloc parlementaire de Nidaa Tounes, à la tête d’un comité central rival. 

Nidaa Tounes : une popularité amoindrie

En l’espace d’un mandat, Nidaa Tounes est passé de première à troisième formation au parlement tunisien. En cause, des divisions au sein du parti et des batailles d’ego qui ont conduit à la naissance d’un parti indépendant, à savoir Tahia Tounes. Ce dernier regroupe plus de la moitié des anciens députés de Nidaa Tounes, qui visent à porter le premier ministre actuel, Youssef Chahed, aux élections présidentielles prochaines.

En fin tacticien, BCE a appelé lors du congrès à réintégrer Youssef Chahed, une main tendue qui n’a pas manqué de surprendre les cadres du parti.

Aujourd’hui, les militants du parti s’inquiètent de l’avenir politique de leur formation, en l’absence de BCE, sa figure de proue. Dans un contexte d’incertitude, le président tunisien joue la carte du rassemblement et de la réconciliation avec les exilés du parti, en vu de redynamiser sa formation politique et assurer sa pérennité. 

A noter que les législatives tunisiennes sont prévues le 6 octobre et la présidentielle le 17 novembre. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *