Quel avenir pour l’agriculture du Maroc ?
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Institutions #MAROC
Johanne Eva Desvages
mardi 16 avril 2019 Dernière mise à jour le Mardi 16 Avril 2019 à 07:34

Confrontés au réchauffement climatique, les pays méditerranéens doivent adopter des systèmes de production durables et en phase avec la demande des consommateurs. Le Maroc, particulièrement touché par la sécheresse, doit aujourd’hui penser un nouveau modèle d’agriculture et muter pour s’adapter à ces nouveaux enjeux. Découvrez notre interview, au CIHEAM de Montpellier de Lamiae GHAOUTI, chercheuse à l’institut Agronomique et Vétérinaire HASSAN II.

 
Plus qu’un besoin, c’est une urgence. Lamiae Ghaouti en est convaincue : « On doit basculer vers une agriculture durable, qui pense à l’efficience des ressources ». Outre la problématique du changement climatique, il y a la demande des consommateurs qui évolue également vers un désir de manger plus sainement et et de façcon plus respectueuse de l’environnement.  
 
«  Nous devons utiliser l’innovation pour relever ces défis et sortir un nouveau modèle agricole » précise la chercheuse. 
 
Au Maroc, les céréales, et en particulier le blé, représentent aujourd’hui 60% de la surface agricole cultivable. La majeure partie de cette production se fait en conditions pluviales.
 
Dans un rapport publié en décembre 2018, les chercheurs Ismail Ouraich et Wallace E. Tyner alertent sur cette problématique, car le Maroc est particulièrement touché par la sécheresse. Dans leur étude, ils ont noté que « les épisodes de sécheresse intense ont augmenté, en particulier à partir des années 1980 ». 
 
« Les projections récentes suggèrent un climat plus sec et plus chaud. Les températures annuelles moyennes devraient augmenter de 1,1 à 3,5 ° C d’ici les années 2060 et de 1,4 à 5,6 ° C d’ici les années 2090 ».
 
Compte tenu de ces changements de température, la culture de blé, orge et olives notamment, récoltés dans des conditions pluviales, sera sévèrement impactée. A contrario, le rapport indique que « les rendements devraient augmenter » pour les tomates, agrumes et certaines variétés de légumes.
  

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *