Peine de mort : les pays du Maghreb sont plus indulgents , l’Egypte inquiète
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 17 avril 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 17 Avril 2019 à 09:36

Amnesty International a publié son rapport 2018 sur la peine de mort, on y découvre que les pays de la Méditerranée exécutent peu à l’exception de l’Egypte où la pratique est devenue monnaie courante sous le régime Al Sissi. Décryptage.

690 exécutions dans 20 pays du monde. C’est l’un des enseignements du dernier rapport de l’ONG Amnesty International sur la peine capitale dans le monde.  Une diminution de 31 % par rapport à 2017. Dans son rapport l’organisation dénombre au total 2.531 condamnations à mort dans le monde entier. 

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, le nombre de d’exécutions a reculé de 41 %. Il est passé de 847 en 2017 à 501 en 2018. C’est le chiffre le plus faible enregistré dans la zone. Cependant, le nombre de sentences capitales enregistrées a connu une augmentation de 89 % par rapport à 2017. L’Egypte se distingue dans ce rapport, à lui seul le pays représente 71 % des condamnations qui ont été exprimées. 

Une diminution conséquente de la peine de mort dans la plupart des pays de la zone

En Libye, aucune exécution n’est recensée en 2018. Toutefois, 45 adeptes de Kadhafi sont blâmés par une cour d’appel en Août. Ils sont condamnés à être fusillés pour des meurtres perpétrés à Tripoli en 2011. De son côté, le Maroc, ne compte pas d’exécutions depuis 1993. Mais les tribunaux ont exprimé dix condamnations à mort. L’ONG énumère quand même, 93 personnes sous le coup d’une sentence capitale à la fin de l’année 2018.

En Tunisie, aucune exécution n’est prononcée par les autorités, mais Amnesty International compte 12 condamnations à mort. Elle estime également que 89 personnes sont sous le coup d’une sentence capitale à la fin de l’année 2018. Les autorités algériennes quant à elles n’ont pas perpétré aucune exécution. Cependant, une condamnation est déclarée. Le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye n’exécutent plus leurs prisonniers à mort, mais ils ne comptent toujours pas parmi les pays abolitionnistes.

L’Égypte, un pays qui inquiète fortement

Depuis l’arrivée du maréchal Al Sissi au pouvoir, les condamnations à la peine capitale ne cesse de croître . Ainsi, on est passé de 35 exécutions en 2017 à 43 en 2018. De plus, le pays a condamné 717 personnes à mort en 2018.

Selon le rapport « Depuis 2014, sous l’administration du président Abdel Fattah al Sissi, les tribunaux de droit commun et militaires égyptiens ont prononcé au moins 2 000 peines capitales, généralement liées à des violences politiques, à l’issue de procès iniques se fondant souvent sur des « aveux » obtenus sous la torture et sur des enquêtes de police biaisées» .

L’Égypte, est donc aujourd’hui l’un des pays qui émet le plus de condamnations à mort dans le monde.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *