Election présidentielle : Essebsi ne sera pas candidat
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
mardi 23 avril 2019 Dernière mise à jour le Mardi 23 Avril 2019 à 08:20

A quelques mois de l’élection présidentielle en Tunisie, l’actuel Président de la République a choisi la voie de la raison. En effet, Béji Caid Essebsi, en fonction depuis son investiture le 31 décembre 2014, ne souhaite plus se présenter pour un second mandat. Cette décision, que d’aucuns jugent attendue, intervient quelques jours seulement après la démission rocambolesque du président algérien Abdelaziz Bouteflika. EcomNews Med revient sur cette annonce.

A l’occasion de l’ouverture du congrès du parti Nidaa Tounes qui s’est tenu à Monastir le 6 avril 2019, date d’anniversaire du décès de Habib Bourguiba, fondateur de la république tunisienne, le Président Essebsi a annoncé son intention de ne pas briguer un second mandat.

Arrivé au pouvoir en 2014, Béji Caid Essebsi (BCE) est le premier président tunisien élu démocratiquement. Même si son quinquennat a été marqué par les nombreuses grèves de la société civile et une économie qui a toujours du mal à retrouver ses couleurs, tout n’est pas négatif. En effet, certains secteurs d’activité comme celui l’agriculture et le très important secteur du tourisme se sont offert une nouvelle santé.

Dans son allocution solennelle, BCE a déclaré qu’il était temps « d’ouvrir la porte aux jeunes ». Son parti politique, par le biais de ses cadres, reste pourtant intiment convaincu que le Président sortant reste le meilleur candidat à sa propre succession.

Pour une Tunisie nouvelle, Essebsi prône le rassemblement

En plus de l’inflation galopante et du chômage endémique des jeunes, la Tunisie est en proie à des luttes politiques intestines qui minent les perspectives économiques. Ainsi, au sein même du parti au pouvoir, le Premier ministre actuel, Youssef Chahed, a dû s’écarter au profit du fils du Président, Hafedh Caïd Essebsi. Lors du congrès, le Président a formulé sa volonté de voir se rassembler toutes les forces centristes, y compris le courant politique Tahia Tounes.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *