Liban : les coulisses des premiers forages pour les hydrocarbures
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 3 mai 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 3 Mai 2019 à 10:19

Le Liban a signé le 9 février 2018 ses premiers contrats d’exploitation d’hydrocarbures offshore, après plusieurs années de blocage sur le dossier. Un peu plus d’une année plus tard, le gouvernement a annoncé le forage du premier puits de pétrole qui aura lieu au large de Safra, village situé à quelques kilomètres au nord de la ville côtière de Jounieh. Ecomnews Med vous le point de ce projet ambitieux !

Le gouvernement libanais a récemment fait une communication concernant les opérations de forage du premier puits de pétrole offshore. Selon des informations de la chaîne locale LBCI diffusées le 26 avril 2019, la zone concernée est située dans les eaux libanaises au large de Safra, dans le Kesrouan. Les travaux devraient durer 55 jours, toujours selon la même source.

La veille de cette annonce, la ministre libanaise de l’Energie, Nada Boustani, avait déclaré que « la première zone de forage dans le bloc 4 de la Zone économique exclusive (ZEE) du Liban pour l’exploitation des ressources d’hydrocarbures offshore avait été choisie », peut-on lire dans un article publié sur le site lorientlejour.com. Ce choix a été fait, selon la ministre, après des entretiens avec des responsables du groupe pétrolier français Total au Moyen-Orient. Pour rappel, le premier contrat d’exploitation a été signé en février 2018.

Le Liban entre dans une nouvelle ère

On se rappelle encore l’enthousiasme du président Michel Aoun lors de la cérémonie qui a suivi la signature de l’accord d’exploration d’hydrocarbures au large des côtes du pays. « Le Liban fait partie désormais du club des pays producteurs d’énergie et entame une nouvelle étape de son histoire », s’était-il félicité. Le gouvernement avait alors approuvé les offres du consortium composé groupe pétrolier français Total, l’italien ENI et le russe Novatek. Cette nouvelle intervient dans un contexte où le pays a un besoin aigu en liquidités. Pourra-t-il compter sur sa manne pétrolière dans un avenir proche ?

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *