Migrants asiatiques… une possible implication consulaire algérienne ?
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 10 mai 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 10 Mai 2019 à 07:51

L’Algérie est au cœur d’un scandale sans précédent en Inde. En effet, la diplomatie algérienne serait complice d’un trafic d’êtres humains. Si l’on en croit la police espagnole, des responsables des services consulaires d’Alger seraient impliqués dans un vaste réseau d’immigration illégale en provenance de pays asiatiques. Le point avec Ecomnews Med.

La police espagnole affirme avoir découvert un réseau criminel international de trafic d’êtres humains impliquant des membres de la représentation diplomatique algérienne basés en Asie qui auraient frauduleusement fourni des visas algériens à des passeurs au Bangladesh.

Les « clients » d’origine asiatique, qui seraient au nombre de 350, proviennent donc du Bangladesh, mais aussi du Sri Lanka, de l’Inde et du Pakistan. Chaque migrant devait s’acquitter de 14 000 à 20 000 euros pour pouvoir embarquer dans un avion à destination d’Alger où le réseau met des hébergements à leur disposition dans différentes localités (Alger, mais aussi Oran et Maghnia).

Les clandestins seraient ensuite convoyés vers le Maroc par voie terrestre où après un court séjour dans des villes comme Casablanca, Rabat, Tanger ou Oujda, transitent par voie maritime vers le Détroit du Gibraltar pour rejoindre les côtes espagnoles. Pour le moment, aucune réaction des officiels algériens n’a filtré, alors que la crise de l’immigration bat son plein dans l’Espace Schengen.

Vers une crise diplomatique entre l’UE et l’Algérie ?

L’Europe prend très au sérieux la problématique du flux migratoire. Le Vieux Continent est pointé du doigt par certaines ONG pour avoir passé des accords plus ou moins controversés avec des pays de la Méditerranée afin de contenir l’immigration massive.

De l’autre côté, cette double face risque de provoquer l’ire de Bruxelles, au vu des aides financières et logistiques que concède l’UE aux pays du Sud. Pour l’instant, la machine médiatique ne s’est pas véritablement emparée de ce scandale, mais l’été risque de voir les relations entre l’UE et l’Algérie se refroidir.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *