Tunisie : reprise des négociations commerciales avec l'UE sur l'Accord de libre échange
#Actualite #Decideurs #Economie #Entreprises #Politique #TUNISIE
Denys Bédarride
vendredi 10 mai 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 10 Mai 2019 à 07:38

Le 4ème round des négociations commerciales avec l’Union européenne relatif à l’Accord de Libre Échange (ALECA) a débuté

Le 4ème round des négociations entre la Tunisie et l’Union européenne concernant l’ALECA a débuté lundi 29 avril 2019 et devrait se poursuivre jusqu’au 3 mai 2019. Ce nouveau cycle fait suite à un 3ème round du 10 au le 14 décembre 2018, qui s’est révélé dans l’ensemble constructif, même si des désaccords subsistent dans plusieurs domaines. Des avancées supplémentaires sont espérées dans les chapitres pour lesquels des progrès importants ont déjà été obtenus (cas notamment de la protection de la propriété intellectuelle, du commerce et du développement durable, et des indications géographiques).

L’objectif est de progresser également dans les autres chapitres, tels que les règles sanitaires et phytosanitaires (d’autant que l’étude d’impact est déjà finalisée), les marchés publics, les obstacles techniques au commerce, les mesures de défense commerciale, les services, ou encore la protection des investissements. Enfin, les domaines stratégiques relatifs à l’agriculture et aux services devaient être également abordés au cours de ce 4ème round.

A ce sujet, les autorités tunisiennes continuent de demander la suppression des visas pour les fournisseurs de services qui se rendent dans le cadre de leurs activités dans les pays de l’Union européenne (« free visa »). Selon le ministre du commerce Omar Behi, il s’agit d’un « condition essentielle dans les négociations ».

Lors d’un débat organisé par la chambre Tuniso-Française de commerce et d’industrie jeudi 2 mai 2019, Omar Behi a déclaré que la Tunisie avait posé trois conditions dans le cadre des négociations. Il s’agit de la libre circulation des professionnels dans le secteur des services, de la révision des quotas d’exportations d’huile d’olive vers l’Union européenne et de la mise à niveau du secteur agricole tunisien avec la « nécessité de prendre en compte la sensibilité de ce secteur vital et ses problématiques ».

Source : Service Économique Régional Tunisie-Libye // Economic Service Tunisia-Libya
Ambassade de France en Tunisie // French Embassy in Tunisia

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *