Les bagagistes marocains paralysent les avions de la RAM
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #MAROC
Sami Bouzid
vendredi 17 mai 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 17 Mai 2019 à 07:59

Les bagagistes marocains, en grève depuis le 14 avril, avaient annoncé une suspension, puis une fin définitive des contestations le 4 mai. Pourtant, des actions « isolées » persistent, provoquant le retard de plusieurs vols et le ralentissement du service.

Pour la 4e semaine depuis la mi-avril, les passagers et les touristes du monde entier qui transitent par les aéroports marocains déplorent des services inexistants et des vols systématiquement retardés en raison de la grève des bagagistes initiée le 15 avril à la suite d’un litige déclaré entre la Royal Air Maroc (RAM) et General Private Interim (GPI), un prestataire spécialisé dans la gestion des bagages des passagers.

A l’origine des hostilités, des accusations mutuelles de rupture des clauses du contrat qui lie les deux firmes, ce qui explique le caractère relativement officieux de cette grève non-déclarée. Côté passagers, on déplore des retards record qui atteignent facilement les trois heures. « L’avion a atterri à 13h50 et nous avons réceptionné les bagages à 17h30. C’est scandaleux ! », a déclaré un passager à nos confrères du magazine Telquel.

L’image touristique du Maroc menacée à la veille de la haute saison

Si les deux parties se sont effectivement retrouvées à la table des négociations le 4 mai dernier, annonçant même la fin de la grève dans la foulée, il semblerait que le conflit se soit prolongé sur d’autres questions économiques et commerciales.

GPI reproche à la compagnie aérienne marocaine la violation des termes du contrat en imposant un planning surchargé sans rémunération supplémentaire. De son côté, la RAM accuse le GPI de saboter son service de manière volontaire pour imposer une augmentation des prix et des prestations annexes. En attendant, c’est l’image touristique du Royaume qui souffre du statu quo à la veille de la haute saison.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *