Israël prêt à discuter avec le Liban sur le litige frontalier 
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #ISRAEL #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
mardi 28 mai 2019 Dernière mise à jour le Mardi 28 Mai 2019 à 09:52

Le litige frontalier qui oppose Tel Aviv et Beyrouth est à la fois terrestre et maritime. Et la récente découverte de gaz en Méditerranée orientale n’est pas pour arranger les choses. Après plusieurs mois de tensions médiatiques, un accord serait sur le point d’être trouvé entre les deux parties. Le point.

Engagé dans les négociations en faveur d’une résolution durable du litige des frontières terrestres et maritimes entre Israël et le Liban, David M. Satterfield, secrétaire d’Etat adjoint pour les affaires du Proche-Orient et émissaire américain, multiplie les voyages entre Beyrouth et Tel Aviv.

A l’occasion de deux séjours consécutifs dans la capitale libanaise, M. Satterfield a rencontré de nombreux responsables nationaux pour transmettre la volonté d’Israël de « tenir des négociations pour établir la frontière maritime » avec le Liban. Les discussions portent également sur certaines zones de la frontière terrestre que les deux pays se disputent, environ deux décennies après le retrait d’Israël du sud du Liban.

Des pourparlers auxquels ne devraient pas prendre part les Nations Unies pourraient avoir lieu entre une délégation des deux pays au Liban dans un avenir proche. Les progrès sont substantiels et la question est désormais au règlement des derniers détails avant le début des négociations, selon une source proche du dossier. Pour Nabih Berry, le président du Parlement libanais, il s’agit d’une « victoire pour le Liban ».

Le gaz : (à nouveau) nerf de la guerre !

La découverte de gaz en Méditerranée orientale ces dernières années a été l’élément déterminant dans la montée des tensions dans la zone frontalière maritime entre le Liban et Israël. Selon le groupe Total, qui domine le consortium avec lequel le Liban a signé son premier contrat d’exploration offshore en février 2018, les deux pays sont en conflit pour « moins de 8% de la surface du bloc 9 ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *