Maroc : l’Espagne s’engage à raccourcir le délai de délivrance des visas Schengen
#Actualite #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Politique #MAROC
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 5 juin 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 5 Juin 2019 à 09:38

En visite au Maroc lundi 3 juin 2019, le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la coopération Josep Borrell a annoncé vouloir résoudre la problématique liée aux visas Schengen.

Ces dernières années, le nombre de demandes de visas Schengen (qui permet de voyager dans la zone composée de 26 pays européens) a considérablement augmenté et le consulat espagnol au Maroc s’est retrouvé dépassé. En visite dans le Royaume, le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la coopération Josep Borrell a déclaré lors d’un point presse : « Nous sommes débordés (…). Cette année nous recevrons 250 000 demandes de visas, c’est-à-dire une augmentation annuelle de 10% au cours des dernières années ». 

Ces propos ont fait suite à son entretien avec Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

« Nous demandons des excuses aux citoyens marocains pour les longs délais d’attente », a ajouté le chef de la diplomatie espagnole, qui a eu dans l’après-midi une réunion avec les consuls d’Espagne au Maroc axée sur les moyens de résoudre ce contretemps, « assurant que les services consulaires espagnols dans le Royaume feront de leur mieux pour surmonter cette situation ».

Un système de prise de rendez-vous saturé

En 2018 et pour la première fois, le flux de touristes a été plus important du Maroc vers l’Espagne que dans l’autre sens, selon des données administratives espagnoles. De nombreux Marocains ont protesté face à la lenteur du service consulaire espagnol à l’approche des beaux jours, surtout concernant le consulat de Casablanca. Ce dernier traite près de 300 demandes de visas par jour.

Trois à quatre jours de travail sont nécessaires pour le traitement de chaque visa selon les données des services consulaires. Or le délai légal s’étale sur quinze jours, ce qui signifie qu’il est plutôt rapide au Maroc comparé aux autres pays. La difficulté réside donc dans les ressources budgétaires limitées. Les plaintes concernent aussi les humiliations subies au quotidien par les demandeurs de visas devant les consulats.

Selon des sources diplomatiques espagnoles citées par le média en ligne Le 360.ma, le système serait en proie à des manipulations qui privilégieraient certains individus. Ainsi, des personnes n’ayant jamais déposé de demandes de visas obtiendraient un rendez-vous en quelques minutes seulement.

Un nouveau système bientôt mis en place

Autre problème, le « no-show » : c’est lorsque des personnes ayant pris rendez-vous ne s’y rendent pas sans avoir annulé au préalable. De nombreux créneaux de rendez-vous sont ainsi pris inutilement. Pour résoudre cela, Inspirations Eco a indiqué que BLS (service chargé de récolter les demandes de visas) allait faire payer les frais de services « dans les trois jours qui suivent la prise de rendez-vous ». 

Pour remédier aux problèmes des délais d’attente trop longs, Josep Borrell a expliqué qu’un nouveau système consistant à déposer les dossiers en avance sera adopté. Il devrait permettre plus d’efficacité dans la prise en charge des dossiers.

Reyane Sané 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *