Israël : reconnue coupable de mauvais usage de fonds publics, Sara Netanyahu connait sa sanction
#Actualite #Decideurs #Economie #Politique #ISRAEL
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 19 juin 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 19 Juin 2019 à 15:45

Inculpée en juin 2018 pour fraude et abus de confiance, l’épouse du Premier ministre israélien a été reconnue coupable de mauvais usage de fonds publics dans le cadre d’un accord négocié avec la justice. Finalement, elle ne payera qu’une amende d’environ 2 500 euros.

Sara Netanyahu s’en sort plutôt bien. C’est la conclusion à laquelle a abouti la presse au lendemain du verdict. Dimanche 16 juin, la justice israélienne a rendu son jugement concernant l’affaire de l’épouse du Premier ministre israélien. Celle-ci a finalement été reconnue coupable de mauvais usage de fonds publics pour des frais de bouche et n’écopera que d’une amende de 10 000 shekels (soit environ 2 500 euros). Elle devra par ailleurs rembourser à l’Etat 45 000 shekels (environ 11 100 euros).

Le verdict a été prononcé après un accord négocié par Sara Netanyahu et a été accepté par le tribunal israélien. Pour beaucoup, la sentence a été plutôt clémente au vu des accusations de fraudes et d’abus de confiance qui pesaient sur l’accusée.

En effet, la Cour a conclu que Sara Netanyahu a indûment fait passer pour près de 100 000 dollars (environ 85 000 euros) de repas aux frais du contribuable, ce qui lui aurait valu des sanctions plus lourdes si les charges n’avaient pas été abandonnées.

« L’accord signé entre les deux parties est valable et prend en compte de manière appropriée ses actes et leur gravité sur le plan pénal », a déclaré le juge Avital Chen. Sara Netanyahu devra s’acquitter du montant total dû sous forme de paiements mensuels à partir de septembre 2019.

La famille Netanyahu ne voit pas (encore) le bout du tunnel

La veille du verdict, le chef du gouvernement israélien a tenu à défendre sa femme. Dans une publication postée sur Facebook, il a rejeté en bloc toute participation de son épouse aux affaires publiques.

Après l’annonce du verdict, il a exprimé son soulagement sur les réseaux sociaux avant de pointer du doigt un « acharnement » contre la famille Netanyahu : « Je vous le dis, s’il ne s’agissait pas de ma femme, il n’y aurait pas eu d’enquête ».

La famille Netanyahu n’en a pas fini avec les ennuis judiciaires puisque le Premier ministre, qui s’apprête à briguer un cinquième mandat, devra comparaître devant la justice en octobre prochain pour répondre d’accusations de corruption, de fraude et d’abus de confiance.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *