Sommet des Deux Rives : une ambition nouvelle pour la Méditerranée
#Actualite #AnalyseEconomique #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #ALGERIE #MAROC #TUNISIE
Camille Dubruelh
mardi 25 juin 2019 Dernière mise à jour le Mardi 25 Juin 2019 à 17:03

Le Sommet des deux Rives s’est tenu à Marseille (France) le 24 juin, en présence du président français Emmanuel Macron. L’occasion de présenter les projets proposés par les sociétés civiles des 10 pays concernés. Mais certains représentants émettent des réserves quant à l’application concrète de ces propositions.

“La Méditerranée de demain, c’est la somme des espoirs de ceux qui la font vivre et que vous représentez ici”. C’est ainsi que le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a lancé le Sommet des deux rives, qui s’est tenu à Marseille le 24 juin, en présence des ministres des Affaires étrangères des 10 pays méditerranéens représentés (France, Espagne, Portugal, Italie, Malte, Tunisie, Maroc, Algérie, Libye, Mauritanie) et des membres de la société civile qui constituent le groupe des “100”.

La conférence a été l’occasion d’évoquer les différentes idées synthétisées par les représentants des sociétés civiles des pays. Parmi les 278 projets proposés lors des réunions préparatoires qui ont eu lieu dans les différents pays ces derniers mois, 68 ont été retenus et 14 présentés lors du sommet. Ils concernent la jeunesse, l’économie-compétitivité, la culture et l’environnement, cinq thèmes retenus et sur lesquels chacun devait plancher. 

Du programme de la “nouvelle chance” à un média plurilingue

Concrètement, il s’agit par exemple d’un programme méditerranéen “nouvelle chance”, d’une maison Euro-arabe de la traduction ou encore du lancement d’un média plurilingue. “Nous avons besoin que ces projets soient réplicables, faisables et rentables”, a déclaré Ouided Bouchamaoui, la cheffe de file des “100”, se réjouissant d’une “expérience inédite” où la société civile est enfin à l’honneur.

Jean-Yves Le Drian s’est d’ailleurs félicité d’un sommet qui contribuait à “redéfinir le multilatéralisme”, aujourd’hui bouleversé par les ambitions unilatérales de certains Etats. “La concrétisation de ces projets ne résorbera peut-être pas le fléau du chômage mais il apporte de l’espoir et montre que nous voulons aller vers un espace méditerranéen solidaire”, a de son côté noté le ministre des Affaires étrangères tunisien, Khemaies Jhinaoui. 

“Sortir du débat entre officiels”

“Il nous faut arriver à une seule rive et nous devons faire cela avec l’ensemble de la société civile” a réclamé pour sa part son homologue algérien Sabri Boukadoum. Une ambition partagée par le chef de la diplomatie marocaine, qui a également appelé à “sortir du débat entre officiels”.

Un objectif qui n’a pas été atteint lors de ce sommet, selon certains membres de la société civile. Outre les difficultés pour la presse d’accéder aux intervenants, des membres de la société civile ont déploré une prise de parole institutionnelle, au détriment des porteurs de projets, pourtant censés être la raison d’être de ce sommet. 

“Les chefs de files se sont transformés en institutionnels”, a regretté Nacera Haddad, de la délégation algérienne.

Rendez-vous dans six mois

Certains participants ont aussi évoqué leur crainte de voir ces projets rester lettre morte. Au-delà de la question du financement qui reste posée, les participants réclament désormais un vrai suivi. Afin de suivre leur avancée, le président français a donc appelé à une réunion avec les chefs d’Etats et de gouvernements des dix pays dans six mois. 

Emmanuel Macron a par ailleurs estimé que le premier défi était de “retravailler à une histoire et des mythologies communes” afin d’éviter le risque de voir la jeunesse “se construire avec l’idée que l’avenir réside soit dans la fuite, soit dans la peur de l’autre”.

“Pour ceux qui doutaient que la Méditerranée existe, elle est là”, a souligné Emmanuel Macron en conclusion. Reste à savoir si les populations auront réellement voix au chapitre.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *