Les Algériens toujours en attente d'une décision sur l'importation des véhicules d’occasion
#Actualite #Decideurs #Economie #Politique #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
jeudi 27 juin 2019 Dernière mise à jour le Jeudi 27 Juin 2019 à 09:53

Le ministre du Commerce Said Djellab s’est exprimé au sujet de l’importation des véhicules d’occasion lors d’une conférence de presse.

« Le dossier de l’importation de véhicules d’occasion est toujours en phase d’étude par le groupe de travail interministériel qui s’en occupe ». C’est ce qu’a déclaré Said Djellab, ministre du Commerce, le 22 juin, en marge de la Foire internationale d’Alger.

La décision de relancer l’importation des véhicules de moins de 3 ans a été annoncée le 9 mai dernier dans un communiqué du Premier ministre Noureddine Bedoui, qui avait chargé les ministères du Commerce et des Finances d’élaborer des instruments juridiques afin de permettre au citoyen algérien d’importer des véhicules d’occasion.

Le conseil du gouvernement, qui envisage d’importantes décisions pour parer à la flambée des prix des véhicules sur le marché national, avait expliqué qu’un comité composé de représentants des ministères des Finances, du Commerce et de l’Industrie examinerait les formules pour organiser le marché d’occasion. Une mesure qui fera, selon le Premier ministère, baisser les prix sur le marché national et réduira le déficit de la balance des paiements et la préservation des réserves de change.

Un marché verrouillé sur le territoire

La décision de lever l’interdiction de l’importation des véhicules de moins de 3 ans est attendue depuis 2015, année où le secteur de montage du véhicule neuf a montré ses limites.

Cette interdiction avait été prise en 2005 par le gouvernement suite à un forcing des concessionnaires qui a duré plus de 2 ans. Le ministère du commerce avait justifié à l’époque, que les voitures d’occasion ne répondaient pas aux normes de sécurité et qu’il fallait ouvrir le marché du véhicule neuf pour toutes les marques.

Le marché d’occasion pourrait pourtant permettre d’importer des véhicules plus performants et beaucoup moins chers que certains véhicules neufs montés localement.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *