Egalité des genres : Comment la condition des femmes a-t-elle évoluée en Tunisie ?
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Institutions #Politique #TUNISIE
Denys Bédarride
vendredi 28 juin 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 28 Juin 2019 à 14:50

A l’occasion du road-show “Scaling Up Finance for Inclusive Development in Southern Countries” organisé les 18 et 19 juin derniers à Tunis dans le cadre du projet EBSOMED, Ecomnews Med a rencontré Naziha Laabidi, ministre tunisienne de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Personnes âgées. Au micro d’Ecomnews Med, elle a accepté de répondre à nos questions sur l’évolution de la condition féminine dans le pays.

 
«  A son arrivée au pouvoir en 1956, Habib Bourguiba a pu bâtir les droits humains des femmes alors qu’une mentalité en ce sens était déjà présente, avec une population qui l’acceptait » nous raconte la ministre tunisienne Naziha Laabidi. 
 
Pourtant, le pays a encore du chemin à faire. D’après un rapport dévoilé début juin par Equal Measures 2030, la Tunisie se classe 67e sur 129 en termes d’égalité des genres. Tout juste devancée par l’Algérie (65), elle se place néanmoins devant la Turquie (70), la Jordanie (85), le Liban (86), l’Egypte (87) et le Maroc (88).

Une autonomie économique pour gagner son indépendance 

Afin de favoriser l’autonomie économique des femmes, la Tunisie a mis en place au printemps 2018 le programme Raida. Ce dispositif « est une ligne de credit dédiée spécifiquement aux femmes et qui leur fait bénéficier d’un crédit allant de 1000 à 10 000 dinars sans intérêts ni fonds propres. Ensuite, pour les emprunts de 10 000 à 100 000 dinars, les intérêts sont vraiment minimes » précise la ministre.
 
En un peu plus d’un an, le programme a permis la création de 3500 projets. « Notre ambition est d’arriver à 8000 en 2020 » précise Naziha Laabidi. Ces 3500 projets ont d’ores et déjà permis la création de 12 500 emplois à travers le pays. 
 
 
Autre préoccupation majeure du pays : la lutte contre les violences de toutes sortes. « Nous sommes le 19e pays au monde à avoir promulgué la loi intégrale sur la lutte contre la violence faite aux femmes, y compris la violence politique»
 
A l’aube des législatives, accoître la représentativité des femmes dans la sphère politique est devenu une priorité. 
 
 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *