Turquie : Erdogan limoge le gouverneur de la Banque Centrale
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises
Rédaction Ecomnews Med
lundi 15 juillet 2019 Dernière mise à jour le Lundi 15 Juillet 2019 à 07:55

En Turquie, le président Recepp Tayyip Erdogan a limogé Murat Cetinkaya, gouverneur de la Banque Centrale, qui était réticent à baisser les taux d’intérêts. La nouvelle a sanctionné la livre turque sur les marchés financiers et sème le doute quant à l’indépendance de la Banque Centrale.

Clap de fin pour le gouverneur de la Banque Centrale Murat Cetinkaya. Suite à un décret présidentiel émis le 6 juillet en Turquie, l’économiste est évincé et remplacé par l’ancien gouverneur adjoint Murat Uysal.Le président a préféré taire les raisons de ce départ. En réalité, un désaccord entre l’ancien banquier central et le président quant à la fixation du taux d’intérêt a eu raison du premier.

Erdogan souhaite depuis longtemps baisser les taux d’intérêts afin de résorber l’inflation et estime d’ailleurs que des taux élevés étaient « le père et la mère de tous les maux ». L’inflation a atteint un niveau élevé avoisinant les 15.72% en juin après avoir culminé en octobre à 25%, un record depuis 15 ans.En conséquence, l’endettement en dollars des entreprises turques ne cessait d’augmenter entraînant l’économie turque vers une impasse. 

La Banque Centrale est un prisonnier gardé dans le palais” 

La Banque centrale marchera t-elle au pas désormais ? Murat Uysal, nouvellement désigné, réfute l’idée « elle continuera à fonctionner de manière indépendante » assure t-il.

Pas de quoi convaincre Faik Öztrak le porte-parole du Parti Républicain du Peuple (CHP), principal parti d’opposition : « Ceux qui ont retiré le gouverneur de la Banque Centrale du jour au lendemain ont perdu le droit d’exiger la confiance dans l’économie du pays. La Banque Centrale est un prisonnier gardé dans le palais.» 

Pas de quoi rassurer les investisseurs étrangers, déjà inquiets par la situation politique du pays. La livre turque a perdu 3% de sa valeur sur les marchés à la suite de cette annonce. 

Houda Maarouf 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *