Rapprocher le secteur public et privé au Liban, un projet qui se concrétise
#Actualite #AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Emploi #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 19 juillet 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 19 Juillet 2019 à 14:28

L’Association Libanaise des Partenariats Public-Privé (PPP) a été lancée à Beyrouth. Cette association vise à aider l’Etat à faire appel à des sociétés privées pour l’élaboration de projets spécifiques.

C’est un pas de plus vers la construction d’une relation entre les secteurs public et privé. Le 27 juin à Beyrouth, une conférence inaugurale a eu lieu à l’occasion du lancement de l’Association Libanaise des Partenariats Public-Privé (PPP) à l’hôtel Le Gray.

D’initiative privée, l’événement a réunit une multitude d’acteurs. L’association compte plusieurs membres fondateurs dont Baki Maneche, responsable du Moyen-Orient au sein du cabinet Fidal, Alexandre Rizk, le cabinet d’avocats italien CBA, KPMG, ainsi que le cabinet d’avocats libanais Aziz Torbey Law Firm.

Le ministre libanais de l’Economie Mansour Bteich assistait à la rencontre, tout comme les ambassadeurs de plusieurs pays du Moyen-Orient. Banques, compagnies privées et experts étaient aussi au rendez-vous.

Des PPP, non des privatisations

 

Les experts internationaux ont exposé les aspects fondamentaux de la coopération publique et privée et ont partagé leurs expériences avant d’évoquer les opportunités des PPP sur le marché libanais, en particulier dans les secteurs des infrastructures, économique et sociaux.

Tous les participants ont également insisté sur la différence entre les PPP et les privatisations. 

Après l’adoption de la loi de 2017 sur les partenariats public-privé, les fondateurs de l’organisme ont pour ambition d’établir une plateforme commune au secteur privé et public, afin de faciliter la communication et la recherche d’ententes entre les deux parties.

De plus en plus de marchés et projets publics devraient être confiés à des entreprises privés au Liban dans les prochaines années.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *