Liban : la Banque Mondiale salue l'adoption de la loi de finances 2019
#Actualite #Decideurs #Economie #Politique #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
mardi 23 juillet 2019 Dernière mise à jour le Mardi 23 Juillet 2019 à 13:42

Le budget du Liban a enfin été voté après sept mois de retard. La Banque mondiale s’est réjouie de cette nouvelle, mais appelle à l’application concrète des mesures prévues par cette loi de finances.

Après des mois de retard, le Liban a enfin son budget 2019. Votée par 83 voix pour, 18 contre et une abstention vendredi 19 juillet, la nouvelle loi de finances a été finalement adoptée. 

La politique d’austérité s’est imposée comme une nécessité vu le déséquilibre budgétaire enregistré en 2018 : une dette publique de plus de 150% du PIB et un déficit budgétaire de plus de 11% en 2018 selon le FMI.

Élaboré pendant deux mois et demi, d’abord par le gouvernement, puis par la commission des Finances et du Budget, la loi de finances de 2019 prévoit notamment une hausse temporaire de l’imposition sur les intérêts bancaires (à 10 % pendant trois ans), et l’instauration d’une nouvelle taxe de 3 % sur les produits importés.

Un “premier bon pas”

Le directeur régional de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient, Saroj Kumar Jha, a estimé que ce vote était « un premier bon pas » et qu’il fallait dorénavant s’atteler à appliquer les mesures prévues par cette loi de finance.

« Le Liban vient d’adopter un budget qui vise à réduire de manière significative les dépenses publiques, après un débat national qui a entièrement impliqué le gouvernement et le Parlement. Cela est un bon premier pas et le débat élargi, unique dans la région, est le bienvenu », s’est ainsi félicité le responsable sur Twitter.

L’organisation internationale encourage ainsi le Liban a poursuivre dans le même élan pour adopter un budget similaire en 2020, et ce dans la perspective de réduire encore les dépenses publiques. La Banque mondiale en a aussi profité pour appeler à la mise en oeuvre du plan Boustani pour la réforme de l’électricité.

Houda Maarouf

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *