Liban : la technologie CubeSat pour le développement du premier nanosatellite du pays
#Actualite #AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Entreprises #Politique #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 26 juillet 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 26 Juillet 2019 à 07:03

Le Liban lance CubeSat Technology, un programme visant à développer le premier nanosatellite de l’histoire du pays.

La cérémonie de clôture du programme « CubeSat Technology » visant à développer le premier nanosatellite libanais s’est tenue le 17 juillet au Grand Sérail, siège de la présidence du Conseil. 

Le Conseil National pour la Recherche Scientifique (CNRS) est à l’origine du projet, avec sa vision d’intégrer la recherche libanaise dans le “new space”. Cette volonté vise une certaine démocratisation de l’espace, désormais accessible aux entreprises privées et aux pays émergents. Un essor qui a été initié au début des années 2000, avec le développement de la technologie CubeSat dans deux universités californiennes, rendant possible la fabrication de nanosatellites.

Les premiers pas pour une future présence dans l’espace

Ces nanosatellites de petite taille et d’une masse variant de 1 à 10 kg, permettent à des universités ou à de petits pays de développer leurs propres engins spatiaux, qu’ils placent en orbite à moindre coût grâce à des lanceurs privés. Tous ces facteurs combinés ont entraîné, selon Louay Abdallah, membre du CNRS, une envolée du nombre de lancements prévus de nanosatellites. Ainsi, alors que 800 d’entre eux ont été envoyés dans l’espace entre 2005 et 2018, près de 18 500 sont maintenant prévus jusqu’en 2023.

Le programme de développement du premier nanosatellite au Liban fait partie des 22 projets pilotes financés par l’Union européenne dans le cadre du TAF, l’assistance technique du gouvernement et des administrations publiques libanaises. En effet, sur une enveloppe de 5 millions d’euros allouée au TAF, près de 150 000 € ont servi à financer la première plate-forme de recherche satellitaire. Avec le concours de chercheurs internationaux spécialisés dans le domaine, plusieurs étudiants et chercheurs ont examiné pendant cinq mois la mise en place d’un programme spatial libanais.

Une avancée scientifique, diplomatique et symbolique

La création d’un Comité spatial libanais par les étudiants et chercheurs est une avancée tangible qui permettra d’établir la feuille de route de l’élaboration du premier nanosatellite libanais. Le but de ces nanosatellites universitaires est avant tout scientifique. Ces derniers pourront engager des technologies permettant de réunir des données sur l’agriculture, la déforestation, les catastrophes naturelles ou encore les changements climatiques. Des informations fiables qui pourront être utilisées par la suite par les chercheurs, les ONG ou les gouvernements.

Par ailleurs, le placement d’un nanosatellite en orbite a aussi une visée diplomatique et symbolique. Posséder la technologie CubeSat peut garantir l’autonomie du Liban dans l’accès aux informations relevées et envoyer des signaux positifs en montrant que celui-ci est investi dans la recherche de pointe. C’est aussi une manière pour le pays d’intégrer le Groupe de coopération spatiale arabe lancé au début de l’année par les Émirats Arabes Unis. Enfin, ledit programme vise à créer une dynamique conduisant à la création d’un environnement favorable à la recherche spatiale au Liban.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *