Maroc : retour sur le dernier rapport du FMI
#Actualite #AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #Entreprises #Politique #MAROC
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 26 juillet 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 26 Juillet 2019 à 14:40

Le Fonds monétaire international (FMI) félicite les autorités marocaines pour les réformes entreprises par le Royaume et les encourage à persévérer dans ce sens pour atteindre une croissance plus forte et surtout plus inclusive. Ecomnews Med vous propose une synthèse des points clés du rapport.

Des bons point et des recommandations. Le Fonds monétaire international a publié le 16 juillet 2019 son dernier rapport sur la situation économique du Maroc.

Tout d’abord, l’organisme international a tenu à féliciter le Royaume pour les différentes réformes entreprises par l’administration, en vue de faire face à des défis de nature politique, économique et sociale.

Sur le plan économique, le FMI est optimiste quant aux perspectives à moyen terme et prévoit une croissance annuelle moyenne de 4,5% à l’horizon 2024. Toutefois, il existe encore des risques endogènes et exogènes sur le chemin qui mène à une croissance plus saine et plus inclusive, et seule la poursuite des réformes va permettre d’atteindre le niveau de satisfaction visé par le Royaume.

De même, le FMI estime qu’une éventuelle baisse des prix internationaux du pétrole pourrait constituer une source supplémentaire de croissance pour le Maroc à moyen terme. L’intégration régionale dans la région du Maghreb, qui reste toujours au point mort, aurait pu, selon le FMI, accroître davantage la résilience de l’économie marocaine.

Des recommandations pour une croissance soutenue sur le long terme

Le FMI a par ailleurs exhorté les autorités du pays à redoubler d’efforts pour accompagner le développement économique. La poursuite de l’assainissement budgétaire pour maîtriser la dette, notamment à travers la réforme de la compensation, la transition vers une plus grande flexibilité des taux de change pour une économie plus compétitive et une plus grande vigilance du système bancaire figurent parmi les principales recommandations formulées par le FMI.

L’instition insiste également sur le renforcement de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption. Le Maroc, qui peine à retenir ses cerveaux, est attendu sur la réduction des inégalités, la protection des plus vulnérables, la réorganisation du marché du travail et surtout la réforme de l’Education pour réduire un taux de chômage endémique, qui touche massivement les femmes et les jeunes.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *