Liban : de nombreuses usines fermées provisoirement à cause de la pollution du Litani
#Actualite #AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Entreprises #Politique #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
lundi 5 août 2019 Dernière mise à jour le Lundi 5 Août 2019 à 08:47

Les eaux du Litani sont très impactées par la pollution générée par les activités industrielles et celles des habitations situées au bord du fleuve. Pour tenter de trouver une issue au problème, le ministre de l’Industrie, Waël Bou Faour, a annoncé récemment la fermeture provisoire de nombreuses usines dans cette zone. 

Le plus long fleuve du territoire libanais suffoque. Avec son bassin qui représente 22 % de la surface totale du Liban, le Litani est particulièrement pollué par les eaux des ménages voisins, mais surtout celles des usines qui y déversent leurs eaux usées à longueur de journée.

Conséquence : « Pas un jour ne passe sans qu’on entende parler d’une nouvelle catastrophe écologique liée au Litani », a dénoncé Waël Bou Faour, le 23 juillet dernier, lors d’une conférence de presse portant sur la gestion et la dépollution du cours d’eau.

Cet événement médiatique a été marqué par plusieurs temps forts, notamment l’annonce de la fermeture provisoire de 14 usines situées dans le bassin du Litani, pour sauver le fleuve. Cette décision a été prise par le ministre Bou Faour, dans le cadre de l’objectif zéro pollution industrielle dans ce bassin, au cours des mois à venir.

Sa mise en application a affecté « les usines de production de laitages et de transformation en conserves de fruits et légumes », qui ne disposent pas de stations de traitement de leurs eaux usées. Elles ne pourront rouvrir leurs portes que si elles réunissent toutes les normes écologiques.

La pollution du Litani a atteint le stade de catastrophe nationale

Ces propos sont ceux du ministre de l’Industrie et ils traduisent la gravité de la situation. Ainsi, il fallait trouver au plus vite une solution pour nettoyer le fleuve.

M. Bou Faour a rappelé qu’avant la fermeture des usines, des délais de grâce leur ont été accordés afin de s’équiper conformément aux exigences écologiques. Celles qui n’ont pas répondu à ces instructions du ministère ont simplement été appelées à fermer leurs portes, le temps de réunir toutes les conditions nécessaires à l’épuration de leurs eaux usées, a déclaré le ministre lors de la conférence de presse.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *