Tunisie : la Banque Centrale dresse le bilan de l'année 2018
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #TUNISIE
Denys Bédarride
mercredi 14 août 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 14 Août 2019 à 15:18

La Banque Centrale de Tunisie (BCT) a publié son rapport annuel relatif à l’exercice 2018, dans lequel elle démontre l’efficacité du durcissement de la politique monétaire, tout en alertant sur le volume de refinancement des banques.

 

La Banque Centrale de Tunisie (BCT) a publié son rapport annuel relatif à l’exercice 2018. Les principaux enseignements sur le plan macroéconomique sont les suivants :

la BCT confirme la croissance du PIB tunisien à +2,5% en g.a. en 2018 et ses prévisions de croissance à 2,7% en g.a. en 2019.

Le taux d’investissement a continué de baisser à 18,5% du PIB en 2018 (contre 18,8% du PIB en 2017), tandis que l’épargne nationale a progressé (+10,7% en g.a. 2018, à 9,7 Mds TND, soit un taux d’épargne de 9,2% du PIB en 2018).

Le déficit courant continue de se creuser (-18,8% en g.a. en 2018) pour atteindre un niveau historiquement élevé à 11,7 Mds TND en 2018, soit 11,1% du PIB. Cela est lié principalement à l’augmentation du déficit commercial (+22% en g.a., à -19 Mds TND en 2018), qui s’explique essentiellement par la hausse du déficit énergétique (+53,2% en g.a., à -2,1 M TND en 2018). A contrario, les recettes touristiques en TND ont fortement augmenté à +46,3% sur l’année 2018 en g.a., à 4,1 Mds TND, contre +19,3% en g.a. un an plus tôt.

– Le déficit budgétaire s’est réduit à -4,8% du PIB, contre -6,1% du PIB en 2017, en lien avec la hausse des recettes fiscales (+15,7% en g.a. en 2018, à 24,5 Mds TND) provenant notamment de l’amélioration du recouvrement fiscal et des mesures inclues dans la Loi de Finances 2018 (dont le relèvement du taux de TVA).

La dette publique a poursuivi sa tendance haussière, atteignant 76,7% du PIB en 2018 contre 70,2% en 2017. En outre, l’endettement extérieur a fortement augmenté (+24,8% en g.a. en 2018, à 69,5 Mds TND, pour l’ensemble des agents économiques).

Sur le plan monétaire : Le volume global de refinancement des banques auprès de la BCT a atteint un record à 16,725 Mds TND début décembre 2018 (contre 10,962 Mds TND fin 2017). Cela traduit un besoin élevé des banques en liquidité : celui-ci a en moyenne progressé de +57% en 2018, en lien notamment avec la demande importante de devises des banques auprès de la BCT pour financer les importations.

L’autre facteur explicatif est le financement du déficit budgétaire sur le marché intérieur : si l’encours des émissions du Trésor a peu progressé en 2018 (+162 M TND en g.a.), les engagements du Trésor vis-à-vis de l’économie demeurent élevés à 13,614 Mds TND fin 2018.

A noter qu’il s’agit de plus en plus d’émissions de bons du Trésor à court terme – BTCT (55,5% des émissions totales), plutôt que de bons du Trésor assimilables (BTA).

En conséquence, la maturité moyenne des bons du Trésor émis a fortement baissé en 2018 (à 4 ans et 35 semaines et 3 jours). Les relèvements successifs du taux directeur (à 7,75%) pour juguler l’inflation (qui s’établirait en 2019 à 7% pour l’inflation globale et à 7,5% pour l’inflation sous-jacente, selon les prévisions de la BCT) ont contribué à la hausse du taux du marché monétaire – TMM (à 7,83%), qui s’est transmise aux taux des dépôts et aux taux des crédits des banques (particuliers et entreprises privées dans les deux cas).

En conséquence, la hausse des concours du système financier à l’économie en 2018 (+9,3% à 7,547 Mds TND) a ralenti par rapport à 2017 (+12,7%). La hausse de l’agrégat monétaire M3 au sens large a également ralenti (+6,6% en 2018, après +11,4% en 2017).

Selon la BCT, la décélération des crédits à l’économie devrait se poursuivre en 2019, compte tenu notamment de la mise en œuvre d’une nouvelle mesure macro-prudentielle limitant le ratio crédit/dépôt.

Des réformes en cours sont menées dans le but de lutter contre la fraude, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, ainsi que pour limiter le commerce parallèle et l’utilisation du cash, tout en veillant à contrôler le risque de liquidité.

 

Source : Service Économique Régional Tunisie-Libye // Economic Service Tunisia-Libya ; Ambassade de France en Tunisie // French Embassy in Tunisia

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *