Chroniques de la chute de Bouteflika 1/3 : fin du mandat et candidature
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
lundi 26 août 2019 Dernière mise à jour le Lundi 26 Août 2019 à 08:09

Le président algérien Abdel Aziz Bouteflika aura duré à la tête du pays. En l’espace de 4 mandats, et une tentative d’en briguer un cinquième, Bouteflika était devenu l’image de tout ce qui n’allait pas en Algérie, notamment depuis sa grave maladie qui affectait sérieusement ses capacités à gouverner. Ce premier épisode sera consacré à la fin de son mandat et à sa candidature avortée à un 5e mandat.

Le 28 avril 2019 marquait la fin officielle du mandat du président Bouteflika, qui présidait aux règnes du pays depuis sa prise de pouvoir le 27 avril 1999.

A l’approche de la fin de son 4e mandat, Abdel Aziz Bouteflika, par le biais de son directeur de campagne d’alors Abdel Malek Sellal, annonce qu’il déposera sa candidature à un 5e mandat présidentiel le 3 mars 2019, soit le dernier jour du dépôt des candidatures. “Le candidat Abdelaziz Bouteflika va respecter les délais et les lois et déposera son dossier de candidature le 3 mars”, avait déclaré Abdel Malek Sellal lors d’une réunion mardi 26 février à Alger avec des partisans du chef de l’État.

Le directeur de campagne de Bouteflika, qui a dirigé les trois précédentes campagnes du président Algérien et fut son premier ministre de 2012 à 2017, évoquait alors le droit constitutionnel de tout citoyen Algérien de déposer sa candidature aux élections présidentielles. Il argua, en outre, que Bouteflika « est candidat et c’est aux urnes et au peuple algérien de trancher ».

Le dépôt effectif de la candidature

Le dimanche 3 mars 2019, la candidature du président Abdel Aziz Bouteflika à un cinquième mandat est effectivement déposée au Conseil constitutionnel. Le dossier officiel du président a été déposé par son nouveau directeur de campagne Abdel Ghani Zaalane, à quelques heures de la clôture des candidatures.

Pressé quelques jours avant le dépôt de sa candidature par des manifestations populaires dans les rues algériennes à ne pas se présenter à un cinquième mandat, le président adressa une lettre à la nation diffusée sur la télévision du pays. Abdel Aziz Bouteflika y explique avoir « écouté et entendu le cri du cœur des manifestants », mais y confirme en même temps sa candidature à briguer un autre mandat.

Toutefois, il s’engage, s’il est élu le 18 avril, à ne pas continuer son mandat et à se retirer à l’issue d’une présidentielle anticipée, l’histoire sera finalement bien différente. 

 

Chroniques de la chute de Bouteflika : 

– Des manifestations à la chute du régime 

– Et après Bouteflika ? 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *