Algérie : les exportations de gaz chutent de manière inquiétante
#Actualite #AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Emploi #Entreprises #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 30 août 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 30 Août 2019 à 14:35

L’Algérie, pourtant parmi les acteurs incontournables en matière d’exportation de gaz, connaît une baisse alarmante du nombre de transactions.

10e producteur et 6e exportateur de gaz naturel au monde, l’Algérie compte également parmi les acteurs les plus importants en matière d’exportation de gaz vers l’Europe. Pourtant, un net recul des transactions a été enregistré au cours des derniers mois, engendrant une inquiétude croissante face aux possibles conséquences néfastes de ce phénomène pour le pays. Un enjeu de taille auquel le gouvernement s’efforce de faire face.

De potentielles conséquences néfastes pour l’économie algérienne

La diminution des exportations de gaz devient alarmante : la Banque d’Algérie a ainsi dévoilé un recul de 7,7% en 2018 par rapport à l’année précédente, indiquant que cette tendance devrait de plus perdurer cette année. Plusieurs raisons sont mises en avant, à commencer les réserves et la capacité de production de gaz de l’Algérie. Cette dernière est en effet mise à mal par une augmentation significative de la consommation locale. A ce sujet, il faut noter qu’un algérien consomme en moyenne 700 000 m3/an de gaz, et que la population devrait atteindre les 50 millions d’habitants d’ici 2030, entraînant inéluctablement une augmentation de la consommation de gaz. Les volumes destinés à l’exportation seront en conséquent diminués.

Si ce recul continue, les impacts seront nombreux pour l’Algérie, pouvant être catastrophiques pour son économie, mais aussi pesant sur sa balance commerciale et sur ses recettes en devise.
Diversifier l’offre énergétique pour sauver les exportations.

Bientôt plus en mesure d’exporter ?

Le Ministre de l’énergie, Mohamed Arkab, a ainsi déclaré : « Si nous ne trouvons pas rapidement d’autres solutions pour couvrir la demande nationale en gaz, en hausse constante, nous ne serons plus en mesure, dans deux ou trois ans, d’exporter ». Le Ministre a également précisé que l’Algérie se devait désormais de diversifier son offre énergétique et de se doter d’un nouveau modèle de consommation. C’est pourquoi le pays a décidé de réaliser un important chantier de production d’énergie solaire, pour créer plus de 5 600 mégawatts d’électricité.

La quantité de gaz utilisée dans la production électrique sera ainsi diminuée, et le pays pourra alors augmenter les volumes de gaz dédiés à l’exportation. La position de l’Algérie de pays exportateur sera ainsi assise, et le pays pourra continuer à jouir des bénéfices de ce marché aux enjeux stratégiques.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *