Maroc : Quels sont les chiffres clés de la transition énergétique ?
#Actualite #AnalyseEconomique #Collectivites #Economie #MAROC
Eric Emmanuel Galland
jeudi 26 septembre 2019 Dernière mise à jour le Jeudi 26 Septembre 2019 à 07:54

Au royaume chérifien, le transport représente 38% de la consommation totale d’énergie, ce qui en fait le secteur d’activité le plus énergivore du pays.

L’agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE) a révélé les chiffres de la répartition de la consommation énergétique au Maroc. Sans surprise, le secteur des transports, qui représente plus de 38% de la consommation totale d’énergie du pays, est le plus énergivore, devant le secteur résidentiel avec 25%, l’industrie avec 21%, le tertiaire avec 8% et l’agriculture avec 7%.

Dépendant presque exclusivement des produits pétroliers, le secteur du transport représente à lui seul plus de 23% des émissions de gaz à effet de serre du Maroc.

Des mesures ont été mises en place au Maroc pour réduire la consommation en énergie fossile des véhicules. Entre un programme de mise à la casse des anciens camions et taxis, des formations à l’éco-conduite, des audits énergétiques de la flotte des véhicules commerciaux, des incitations fiscales incitant à l’achat de véhicules à faible consommation et l’introduction de normes limitant les émissions, les efforts du royaume chérifien en la matière devraient porter leurs fruits.

Depuis 2009, le Maroc a adopté une stratégie énergétique essentiellement basée sur les énergies renouvelables et le développement de l’efficacité énergétique. Selon Oussama Cherkaoui Jouad, conseiller à la direction générale de l’AMEE, la transition énergétique du pays s’est accélérée depuis 2015. La part des énergies renouvelables devrait représenter 42% de puissance installée en 2020 et 52% à l’horizon 2030.

Concernant les économies d’énergie, les mesures qui ont été mises en place devraient permettre, d’ici 2030, d’atteindre une économie d’énergie totale d’environ 20% au niveau national.

(Source : agence Ecofin / septembre 2019)

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *