Tunisie : Son déficit budgétaire devrait baisser à 3,9% grâce à l’augmentation de ses ressources propres
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #TUNISIE
Denys Bédarride
mardi 1 octobre 2019 Dernière mise à jour le Mardi 1 Octobre 2019 à 13:37

Selon le ministre des Finances tunisien, Ridha Chalghoum, la hausse des ressources propres de l’Etat sur les huit premiers mois de l’année devrait permettre de réduire le déficit budgétaire à 3,9% du PIB fin 2019 et la dette publique à 75% du PIB fin 2019

Le président de la République tunisienne, Mohamed Ennaceur, a reçu jeudi 26 septembre 2019 au Palais de Carthage, le ministre des Finances, Ridha Chalghoum.

A l’issue de cet entretien, le ministre des finances a indiqué à la presse qu’au cours des huit premiers mois de 2019, les ressources propres de l’Etat avaient progressé de +17% par rapport à la même période de l’année précédente, grâce notamment à une amélioration du recouvrement des impôts. 

Ces données sont en phase avec la dernière publication des Résultats Provisoires de l’Exécution du budget de l’Etat pour le premier semestre de 2019 (S1 2019) par le ministère des finances, qui faisait état d’une hausse des ressources propres de +18,1% au S1 2019 en glissement annuel (g.a.) à 13,6 Mds TND de janvier à fin juin 2019.

Selon Ridha Chalghoum, cette hausse des recettes publiques devrait contribuer à réduire le déficit budgétaire à -3,9% du PIB fin 2019 (contre -4,8% du PIB fin 2018 selon le FMI), et la dette publique à 75% du PIB fin 2019 (contre 77,1% du PIB fin 2018 selon le FMI). 

Ces objectifs seront néanmoins difficiles à atteindre puisque selon les dernières données publiées par le ministère des finances tunisien, le déficit budgétaire au 1er semestre 2019 était en hausse de +39,3% en g.a., à 2,4 Mds TND. 

Dans le même sens, le FMI prévoyait en juin 2019 que la dette publique atteindrait 83,1% du PIB fin 2019.

Cet entretien fut aussi l’occasion pour le ministre des finances d’évoquer les premières recommandations relatives au projet de loi de finances pour 2020 (PLF 2020). Ridha Chalghoum a assuré que les efforts pour assainir les finances publiques de l’Etat seraient maintenus dans le cadre du PLF, tout en augmentant l’investissement public (notamment les grands projets d’infrastructure et de développement).

Par ailleurs, selon un communiqué publié sur le site de la Banque centrale de Tunisie (BCT), l’état des finances publiques a également été évoqué lors de l’entretien mardi 24 septembre 2019 entre le président de la République tunisienne, et le gouverneur de la BCT, Marouane El Abassi. 

Le communiqué précise que l’accent a été mis sur « la nécessité d’assurer, après les élections, un climat politique stable » pour favoriser la poursuite de l’appréciation du dinar et la reprise de l’activité économique. 

L’entretien a permis, en outre, de faire le point sur les enseignements de la dernière visite en Tunisie de la délégation du Groupe d’action financière (GAFI). 

 
Source : Service Economique Régional Tunisie / Libye – Ambassade de France en Tunisie

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *