Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas rater de l'actualité économique 29
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #EmploiFormation #Politique #ALGERIE #EGYPTE #ISRAEL #LIBAN #MAROC #TUNISIE
Eric Emmanuel Galland
mercredi 2 octobre 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 2 Octobre 2019 à 07:29

Nous avons préparé pour vous un condensé de l’actualité économique de la région MENA cette semaine avec l’appui du Service économique régional (Levant, Iran et Irak) de l’Ambassade de France au Liban ainsi que celui de Dubaï

Les chiffres du Moyen-Orient

– Le montant des émissions obligataires dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) a atteint 83,4 Mds$ au cours des huit premiers mois de l’année 2019 contre 77,6 Mds$ au cours des huit premiers mois de l’année 2018. 

– Le nombre des opérations de fusion-acquisition dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe est passé de 344 au cours des 8 premiers mois de 2018 à 354 en 2019. Quant à leur montant, il a connu une forte augmentation, passant de 24,3 Mds$ à 107,3 Mds$.
 
– Le nombre des opérations de fusion-acquisition dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe est passé de 344 au cours des 8 mois de 2018 à 354 en 2019, du fait des opérations en Arabie Saoudite (50 opérations pour 71,8 Mds$) et aux Emirats Arabes Unis (65 pour 18,1 Mds$).
 
– Selon l’Organisation Mondiale du Commerce, les pays du Moyen-Orient les plus performants en matière d’exportations de services en 2018 ont été les Emirats Arabes Unis (70,9 Mds$), l’Egypte (22,9 Mds$) et le Qatar (17,8 Mds$). Les moins performants sont le Koweït, Jordanie et l’Irak
 
– D’après le Cost of Living City Ranking du cabinet d’étude Mercer (classement qui porte sur 209 villes), les villes du Moyen-Orient les plus onéreuses pour les expatriés sont TelAviv (15ème), Dubai (21ème) et AbuDhabi (33ème). La moins chère serait le Caire (166ème). 
 
– D’après le cabinet d’étude Z/Yen Group et du China Development Institute (classement qui porte sur 104 villes), les centres financiers les mieux classés du Moyen-Orient sont ceux de Dubai (8ème), TelAviv (22ème) et AbuDhabi (32ème).
 
– D’après le Travel & Tourism Competitiveness Index du World Economic Forum (classement qui porte sur 140 pays), les pays du Moyen-Orient les mieux placés en matière d’attractivité touristique sont les Emirats Arabes Unis (33ème), le Qatar (51ème) et Oman (58ème).
 
– D’après le Travel & Tourism Competitiveness Index du World Economic Forum (classement qui porte sur 140 pays), les pays du Moyen-Orient les plus mal placés en matière d’attractivité touristique sont le Koweït (96ème), le Liban (100ème) et le Yemen (140ème). 
 

Zoom sur l’Egypte 

 
–  La Banque Centrale égyptienne a abaissé ses taux directeurs de 100 pb le 26 septembre. Le taux de rémunération des dépôts s’établit désormais à 13,25%, le taux de refinancement à 14,25%. C’est la deuxième réduction consécutive après celle de 150 pb le 22 août dernier.
 
– L’adjudication de Bons du Trésor, intervenue le 24 septembre, en Egypte, a été une nouvelle fois sursouscrite : par 4 pour les bons à 5 ans, par 3 pour ceux à 10 ans. Les taux d’intérêts associés à ces maturités ont été ramenés de 14,436% à 14,350% et de 14,537% à 14,417%.
 
Détour par Israël et le Liban
 
– Calculé en données corrigées, le taux de chômage en Israël s’est établit à 3,8% à la fin du mois d’août de l’année 2019, contre 4% à la fin du mois d’août de l’année 2018.
 
– @GoldmanSachs estime que les besoins en financement extérieur du Liban s’élèveront à 6,8 Mds$ en 2019 et à 6,65 Mds$ en 2020.
 
– D’après l’Association des Banques du Liban, le nombre d’employés dans les banques opérantes sur le territoire national a augmenté de 21,7% entre 2010 et 2018.
 
 – Au Liban le bénéfice dégagé par les 16 banques du groupe Alpha (des banques dont les dépôts sont supérieurs à 2 Mds$) a atteint 1 Md$ au cours du premier semestre de 2019 (contre 1,1 Md$ au cours du premier semestre de 2018). 
 
– Le déficit de la balance commerciale du Liban s’est établit à 10,2 Mds$ au cours des sept premiers mois de 2019, contre 10,1 Mds$ au cours des sept premiers mois de 2018. Le montant des exportations a atteint 2,1 Mds$ au cours des 7 mois de 2019 contre 1,8 Md$ en 2018. 
 
– Le nombre et le montant consolidé des transactions immobilières au Liban ont diminué respectivement de 18,3% et de 23,5% entre les huit premiers mois de l’année 2018 et les huit premiers mois de l’année 2019. 
 

A savoir sur l’Arabie Saoudite et le Bahrein

 
– Le nouveau terminal de l’aéroport de Djeddah, d’une capacité d’accueil de 30 millions de passagers par an, vient d’être inauguré par le roi Salman.
 
–  Moody’s a ramené ses prévisions de croissance de 1,5% à 0,3% pour l’année 2019 en raison à la baisse de la production de pétrole liée aux engagements OPEP+.
 
– Calculée en glissement annuel, l’inflation était négative (-1,1%) à la fin du mois d’août 2019.
 
– D’après Moody’s, le taux de rendement des actifs du secteur des assurances a atteint 2,4% au cours du premier semestre de 2019 contre 4,6% au cours de 2018 et 8,4% au cours de 2017. L’agence prévoit des consolidations à venir dans le secteur.
 
– Le Royaume du Bahrein a levé 2 Mds$ à travers une émission de «sukuk» d’un montant de 1 Md$ à 8 ans et une autre tranche conventionnelle d’un montant de 1 Md$ à 12 ans. Moody’s a attribué une notation B2 à la tranche conventionnelle de 12 ans et BB à la tranche islamique de 8 ans
 
– D’après l’Autorité de régulation des télécommunications du Bahrein, le nombre d’abonnements à l’internet haut débit a augmenté de 9% en un an pour atteindre 2,34 M au 2ème trimestre 2019. Le taux de pénétration du haut débit est passé de 143% en juin 2018 à 156% à fin juin 2019.
 
– Le trafic « passagers » de l’aéroport international de Manama, au Bahrein,  est passé de 3,41 M au cours des cinq premiers mois de 2018 à 3,93 M au cours des cinq premiers mois de 2019, soit une hausse supérieure à 15%.
 
– Calculée en glissement annuel, l’inflation était négative (-1,1 %) à la fin du mois d’août 2019, au Bahrein.
 
 
 
  

Quoi de neuf aux Emirats Arabes Unis et en Iran ?

 
– L’Emirat d’Abu Dhabi a levé 10 Mds$ (3 Mds$ à échéance de 5 ans, 3 Mds$ à échéance de 10 ans et 4 Mds$ à échéance de 30 ans) sur le marché international des capitaux. La demande a été près de deux fois supérieure à l’offre.
 
– D’après les dernières prévisions de la Banque Centrale, la croissance s’établirait à 2,4% en 2019.
 
– D’après Fitch, 23 Mds$ de dettes détenues par des institutions liées au gouvernement (Government Related Entities) arriveront à échéance d’ici la fin de l’année 2021.
 
– Calculée en glissement annuel, l’inflation serait passée de 25,7% à la fin du mois de septembre 2018 à 35% à la fin du mois de septembre 2019. Calculée en moyenne, elle s’établissait à 42,7% sur les douze derniers mois.
 
– La National Iranian Oil Company a organisé 2 nouvelles sessions de vente de pétrole. 2 millions de barils de brut «léger» et 2 millions de barils de brut «lourd» étaient proposés sur le marché IRENEX à un prix unitaire moyen de 55$. Aucun client ne se serait manifesté.
 
– La NIORDC (société nationale de raffinage et de distribution) a organisé 3 nouvelles sessions de vente d’essence via l’IRENEX. 11 000 tonnes d’essence ont été proposées à un prix entre 600 et 650$ la tonne. 1 000 tonnes auraient été vendues à un prix de 650$ par tonne.
 
– L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) a requalifié le motif des sanctions visant la Banque Centrale pour son supposé soutien au terrorisme, par le financement du Corps des Gardiens de la Révolution (Islamic Revolutionary Guard Corps) et du Hezbollah. 
 
– L’OFAC a ajouté à sa SDN List onze personnes physiques et morales (établies en Chine, à Hong-Kong et aux îles Vierges britanniques) soupçonnées d’avoir participé à un réseau de transactions pétrolières illicites.
 
 

Détour par Israël et le Liban

 
– Calculé en données corrigées, le taux de chômage en Israël s’est établit à 3,8% à la fin du mois d’août de l’année 2019, contre 4% à la fin du mois d’août de l’année 2018.
 
– @GoldmanSachs estime que les besoins en financement extérieur du Liban s’élèveront à 6,8 Mds$ en 2019 et à 6,65 Mds$ en 2020.
 
– D’après l’Association des Banques du Liban, le nombre d’employés dans les banques opérantes sur le territoire national a augmenté de 21,7% entre 2010 et 2018.
 
 – Au Liban le bénéfice dégagé par les 16 banques du groupe Alpha (des banques dont les dépôts sont supérieurs à 2 Mds$) a atteint 1 Md$ au cours du premier semestre de 2019 (contre 1,1 Md$ au cours du premier semestre de 2018). 
 
– Le déficit de la balance commerciale du Liban s’est établit à 10,2 Mds$ au cours des sept premiers mois de 2019, contre 10,1 Mds$ au cours des sept premiers mois de 2018. Le montant des exportations a atteint 2,1 Mds$ au cours des 7 mois de 2019 contre 1,8 Md$ en 2018. 
 
– Le nombre et le montant consolidé des transactions immobilières au Liban ont diminué respectivement de 18,3% et de 23,5% entre les huit premiers mois de l’année 2018 et les huit premiers mois de l’année 2019.
 

Zoom sur le Koweït et la Jordanie

 
– Calculé avant transfert au Fonds de Réserve des Générations Futures, le solde budgétaire du Koweït affiche un excédent de 815 M$ au cours des 5 premiers mois de 2019/2020 (avril à août). Calculé après transfert au Fonds de Réserve des Générations Futures, le déficit est de 1,61 Md$
 
– Kuwait Petroleum Company (KPC), la holding pétrolière de l’Etat, a mandaté six banques internationales, dont BNP Paribas et HSBC, pour un emprunt bancaire (sous la forme d’une facilité de crédit renouvelable) de 1 Md$ sur 5 ans.
 
– @GoldmanSachs estime que les besoins en financement extérieur du Liban s’élèveront à 6,8 Mds$ en 2019 et à 6,65 Mds$ en 2020.
 
– D’après l’Association des Banques du Liban, le nombre d’employés dans les banques opérantes sur le territoire national a augmenté de 21,7% entre 2010 et 2018.
 
 – Au Liban le bénéfice dégagé par les 16 banques du groupe Alpha (des banques dont les dépôts sont supérieurs à 2 Mds$) a atteint 1 Md$ au cours du premier semestre de 2019 (contre 1,1 Md$ au cours du premier semestre de 2018). 
 
– Le déficit de la balance commerciale du Liban s’est établit à 10,2 Mds$ au cours des sept premiers mois de 2019, contre 10,1 Mds$ au cours des sept premiers mois de 2018. Le montant des exportations a atteint 2,1 Mds$ au cours des 7 mois de 2019 contre 1,8 Md$ en 2018. 
 
– Le nombre et le montant consolidé des transactions immobilières au Liban ont diminué respectivement de 18,3% et de 23,5% entre les huit premiers mois de l’année 2018 et les huit premiers mois de l’année 2019. 
 
– En Jordanie, S&P Global Ratings a maintenu à l’identique la note souveraine (Long and Short-Term Foreign and Local Currency Sovereign Credit Ratings) du Royaume (B+/B). Elle est assortie d’une perspective « stable ».
 
– Le montant des avoirs en devises de la Banque Centrale jordanienne (Readily Available Reserves) est passé de 12,28 Mds$ à la fin du mois d’août 2018 à 13,31 Mds$ à la fin du mois d’août 2019.
 
– Le montant de la dette extérieure de la Jordanie est passé de 11,64 Mds de JOD, soit 38,8% du PIB à la fin du mois de juillet 2018 à 12,51 Mds de JOD soit 39,9% du PIB prévisionnel de l’année 2019 à la fin du mois de juillet 2019.
 
– La dette publique de la Jordanie est passée de 28,12 Mds de JOD soit 93,8% du PIB à la fin du mois de juillet 2018 à 29,51 Mds de JOD soit 94,2% du PIB prévisionnel de l’année 2019 à la fin du mois de juillet 2019. 
 
– Calculé après prise en compte des dons, le déficit budgétaire de la Jordanie est passé de 659,7 M de JOD (soit 2,2% du PIB) en juillet 2018 à 738,8 M de JOD (soit 2,4% du PIB prévisionnel de 2019) à la fin juillet 2019. 
 
 
 

Les choses à savoir sur Oman et la Palestine 

 
–  Le montant des avoirs extérieurs de la Banque Centrale d’Oman est resté stable à 15,4 Mds$ entre la fin du mois de juillet de l’année 2018 et la fin du mois de juillet de l’année 2019. 
 
–  A Oman, la production de pétrole brut a atteint 970 500 b/j au cours des huit premiers mois de 2019 (contre 970 200 b/j au cours des huit premiers mois de 2018). Les exportations de pétrole brut sont passées de 804 500 b/j à 809 100 b/j dans le même temps. 
 
– Le déficit budgétaire omanien a été ramené de 1,6 Md d’OMR au cours des sept premiers mois de 2018 à 1 Md d’OMR au cours des sept premiers mois de 2019, soit une baisse de 39,2%. Les recettes sont passées de 5,9 Mds d’OMR à 6,4 Mds d’OMR soit une augmentation de 9,1%. 
 
–  Le montant, en valeur, des transactions immobilières à Oman a diminué de 7,9% entre les huit premiers mois de l’année 2018 et les huit premiers mois de l’année 2019.
 
– A Oman, le coefficient d’occupation des hôtels (3 à 5 étoiles) a été ramené de 57,1% au cours des sept premiers mois de l’année 2018 à 53,3% au cours des sept premiers mois de l’année 2019. #Tourisme 
 
 Calculée en glissement annuel, l’inflation omanaise s’est établit à 0,44% à la fin du mois d’août 2019.
 
–  Le déficit du compte courant palestinien a atteint 709 M$ au cours du premier semestre 2019 (en baisse de 13% par rapport au premier semestre de l’année 2018).
 
–  En Palestine, le déficit de la balance commerciale s’est établit à 2,73 Mds$ au cours des sept premiers mois de 2019 contre 2,62 Mds$ au cours des sept premiers mois de 2018. Les exportations ont été ramenées de 631,1 M$ au cours des sept premiers mois de 2018 à 601,1 M$ en 2019.
 
– L’Extended PMA Business Cycle Index, indice mensuel de la Palestine Monetary Authority qui mesure les performances de sept secteurs d’activité économique a été ramené à -1,3 point au cours des 8 premiers mois de 2018 à -7,6 points au cours des 8 premiers mois de 2019
 

Tout ce qu’il faut savoir sur le Qatar

 
– L’indice de la production industrielle a augmenté de 0,8% entre les sept premiers mois de l’année 2018 et les sept premiers mois de l’année 2019.
 
– Moody’s a maintenu à l’identique « stable » la perspective associée au système bancaire.
 
–  D’après Moody’s, la croissance du Qatar devrait s’établir à 2,1% en 2019 et 2,2% en 2020. Quant au taux de créances

douteuses, il devrait passer de 2,1% à la fin de l’année 2018 à 2,4% au mois de juin de l’année 2020.
 
–  La Banque Centrale du Qatar a décidé de baisser son taux directeur de 25 points de base. Ce dernier s’établit désormais à 4,50%.
 
–  L’excédent dégagé par la balance commerciale a été ramené de 125 Mds de QAR (soit 34,4 mds$) au cours des huit premiers mois de l’année 2018 à 108 Mds de QAR (soit 29,8 mds$) au cours des huit premiers mois de l’année 2019, soit une diminution voisine de 13%.
 
 
Source : Le Service Economique Régional de Beyrouth et le Service Economique Régional d’Abu Dhabi avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Doha, Dubaï, Erbil, Jérusalem, Koweït, Le Caire, Manama, Mascate, Riyad, Djeddah, Téhéran et Tel Aviv).

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *