La banque européenne d’investissement soutient quatre projets pour favoriser le développement du Liban
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #LIBAN
Eric Emmanuel Galland
jeudi 3 octobre 2019 Dernière mise à jour le Jeudi 3 Octobre 2019 à 08:39

Le 30 septembre, lors de la 19ème édition de la conférence MED qui se tenait à Beyrouth, la Banque européenne d’investissement (BEI) s’est engagée à soutenir le développement du Liban en paraphant quatre accords, avec les institutions publiques et des entités privées.

Ces nouveaux contrats viennent confirmer les liens qui unissent le pays du Cèdre à l’Union Européenne. En effet, lors de la conférence de Paris (CEDRE), en avril 2018, la BEI s’est engagée à octroyer 990 millions de dollars de prêts, pour limiter la crise économique et soutenir la croissance. Depuis 1978, la BEI a déjà accompagné de nombreux projets de développement au pays du cèdre, pour un total de 2,5 milliards de dollars.

Adel Scannapieco, vice-président de la BEI, s’est donc rendu à Beyrouth pour apposer sa signature sur ces contrats, en présence de l’Ambassadeur de l’Union Européenne au Liban, Ralf Tarraf. En déplacement à Paris pour assister aux obsèques de Jacques Chirac, Saad Hariri était représenté par Adel Afiouni, le ministre d’Etat pour les Technologies de l’information.

Deux accords entre la BEI et les institutions publiques

Parmi les quatre accords qui ont été conclu ce 30 septembre, deux ont été signés avec le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), une institution publique.

Le premier concerne le financement, à hauteur de 80 millions de dollars, de l’extension du réseau d’assainissement des eaux usées du grand bassin de Tripoli. Il s’agit d’une déclaration d’intention qui devra être approuvée par le Conseil des ministres et votée par le Parlement, à laquelle viendra s’ajouter une assistance technique de la BEI subventionnée à hauteur de 4,3 millions de dollars ainsi qu’un don de 20 millions de dollars du Fonds pour l’initiative pour la résilience économique (ERI).

Le second accord signé entre la BEI et le CDR concerne l’amélioration des infrastructures routières du Liban. Approuvé par le Conseil des ministres qui a mandaté le CDR, cet accord prévoit un prêt de 165 millions de dollars ainsi qu’un don de l’union européenne visant à financer l’assistance technique de la BEI. Cet accord, qui doit encore être voté par les députés, permettra de rénover et sécuriser le réseau routier .

Deux autres accords entre la BEI et des partenaires privés

Deux autres accords ont été conclus entre la BEI et des partenaires du secteur privé.

En premier lieu, la construction d’une usine de fabrication de verre devrait permettre la création, à terme, de plus de 620 emplois, dans la région de Békaa. En plus de stimuler l’industrie locale, ce projet permettra de rééquilibrer la balance commerciale en réduisant considérablement les importations de verre.

Concrètement, la BEI a accordé un prêt intermédiaire de 24 millions de dollars à Fransabank, pour contribuer au financement de l’usine.

Enfin, le dernier des accords conclus par la BEI à l’occasion de la 19ème édition de la conférence MED, concerne une initiative portée par la société IPT Powertech Group, qui oeuvre dans le secteur des télécommunications. Ce dernier vise à construire ou moderniser des tours de relais téléphoniques alimentées en partie par des panneaux solaires.

Les 125 millions de dollars nécessaires à la mise en route de ce projet seront octroyés par le BEI, la banque de développement allemande (DEF), Propoarco (de l’Agence Française de développement) et Finnfund (un fond d’investissement finlandais). Le projet concerne la construction de relais téléphoniques au Liban et en Guinée et l’enveloppe sera équitablement partagée entre les deux pays.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *