Législatives en Tunisie : Une participation faible et des incertitudes sur la composition de l'Assemblée
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #EnDirectDe #Institutions #Politique #TUNISIE
Eric Emmanuel Galland
mardi 8 octobre 2019 Dernière mise à jour le Mardi 8 Octobre 2019 à 14:26

Après le scrutin du dimanche 6 octobre, les premiers sondages ont placé Ennahdha en tête devant Qalb Tounes. Mais le risque d’une assemblée “éclatée” se profile.

Le 6 octobre, sept millions de Tunisiens étaient appelées aux urnes pour les élections législatives. Le suffrage a été marqué par un faible taux de participation, estimé à 41,3% par l’Instance Supérieure Indépendante pour les élections (Isie). Pour comparaison, lors des élections législatives de 2014, ce taux était de 68%.

Peu après la fermeture des bureaux de votes, les formations Ennahdha et Qalb Tounes, le parti de Nabil Karoui, candidat aux deuxième tour de la présidentielle incarcéré depuis le mois d’août, ont toutes deux revendiqué la victoire.

Avant la publication des premières estimations, Hatem Milki, le porte parole de Qalb Tounes, déclarait lors d’un point presse retransmis en direct : « Selon les résultats préliminaires recensés dans les bureaux de vote, Qalb Tounes est arrivé le premier ».

Au même moment, Imed Khemiri, porte-parole du parti conservateur à l’inspiration islamiste, affirmait à son tour: « Ennahdha annonce, selon des résultats préliminaires, avoir remporté les élections ».

Quelques minutes plus tard, les premiers sondages publiés par Sigma et Emrhod ont placé Ennahdha en tête avec 40 sièges devant le parti de Nabil Karoui, en deuxième position avec 33 à 35 sièges.

Les résultats officiels de l’Isie n’ont toujours pas été publiés, mais si les sondages sont vérifiés, le vainqueur, quel qu’il soit, aura des difficultés à composer une majorité.

Le risque d’une assemblée émiettée

En effet, si les sondages l’annoncent en tête, Ennhadha a perdu du terrain. L’arrivée probable de nouvelles tendances politiques dans les rangs de l’Assemblée, comme le mouvement Karama de l’avocat islamiste populiste Seifeddine Makhlouf, crédité de 16 à 18 sièges ou le Parti destourien libre de l’avocate anti-islamiste Abir Moussi, devraient considérablement changer le visage du parlement.

Le risque d’un parlement morcelé est donc bien réel et de nombreux observateurs craignent que le parlement devienne ingouvernable, sans majorité affirmée.

Deux mois pour constituer une majorité

Comme le prévoit la Constitution tunisienne, le candidat arrivé en tête disposera de 60 jours pour réunir 109 sièges et constituer une majorité pour former un gouvernement, une fois les résultats officiels proclamés.

Ce dernier devra répondre à l’espoir des nombreux Tunisiens qui attendent des résultats concrets en matière de relance économique et l’accélération de la transition démocratique, ralentie par les difficultés sociales.

Si le parti arrivé en tête aux législatives ne parvient pas à dégager une majorité dans un délai de deux mois, le président qui devrait être élu le 13 octobre devra alors intervenir.

Un calendrier électoral chargé

Dimanche prochain, à l’issue du second tour de la présidentielle, les Tunisiens se rendront aux urnes pour la troisième fois en moins d’un mois.

Le 15 septembre, lors du premier tour, les Tunisiens avaient qualifié Kaïs Saïed et Nabil Karoui au second tour. Le 13 octobre, les électeurs devront placer l’un de ces deux candidats qualifiés d’anti-système à la présidence.

Les élections législatives du 6 octobre se sont donc déroulées entre les deux tours de la présidentielle, dont l’issue est plus qu’incertaine. En effet, l’un des deux candidats se trouvant en prison, les responsables de l’Isie ont fait savoir, la semaine dernière, que les résultats de ce second tour pourraient être contestés et annulés.

Samedi 5 octobre, en vue d’éviter un imbroglio politique, le candidat Kaïs Saïed, a annoncé qu’il mettait sa campagne en sourdine par mesure d’équité.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *