Méditerranée : la
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #EnDirectDe #Institutions #Politique
Sami Bouzid
jeudi 17 octobre 2019 Dernière mise à jour le Jeudi 17 Octobre 2019 à 07:54

Alors que la “crise” migratoire continue de secouer l’Europe, le lancement par la Turquie d’une opération militaire au nord de la Syrie risque d’accentuer le flux migratoire. Ecomnews Med revient sur l’année 2019 où de nombreux réfugiés ont tenté de traverser la Méditerranée au risque d’y laisser la vie. Focus

“La mer joint les régions qu’elle sépare”, la Méditerranée, carrefour entre les civilisations n’y échappe pas. Secouée par de nombreux conflits ou des conditions économiques difficiles, de nombreuses personnes tentent de la traverser au risque parfois d’y rester. Le Liban a accueilli depuis le début du conflit syrien , sans compter les réfugiés palestiniens et irakiens, 1,5 millions de personnes. La Turquie, soutenue en partie par l’Union Européenne, a accueilli près de 3,3 millions de personnes.

Mais qu’en est-il de l’Europe occidentale qui accueille non seulement des réfugiés syriens, mais également afghans, soudanais, irakiens, nords-africains… ? Focus sur les chiffres !

Made with Flourish
 

Parmi ces personnes, de nombreux réfugiés n’ont pas atteint l’Europe :

Made with Flourish
 
Si en 2015, plus d’un million de personnes ont tenté de trouver refuge en Europe, le durcissement de la politique migratoire de l’Union Européenne a drastiquement fait baisser ce chiffre en 2019. En effet, un peu moins de 67.000 (chiffres mois d’août) personnes ont pris le risque de partir vers le vieux contient. Parmi eux un peu plus d’un quart sont des enfants :
 
 

Parmi ces 67000 personnes beaucoup ont péri en mer ou sur la terre, coup de projecteur sur les zones méditerranéennes où la mortalité est la plus élevée :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *