Un rapport de la Banque mondiale récompense les efforts israéliens en faveur des entreprises
#Actualite #AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #ISRAEL
Eric Emmanuel Galland
jeudi 31 octobre 2019 Dernière mise à jour le Jeudi 31 Octobre 2019 à 09:22

L’édition 2020 du rapport « Doing Business » de la Banque mondiale place Israël en 35ème position, soit 14 places de mieux que l’année dernière.

Partant du principe qu’il existe un lien de causalité entre la liberté économique d’un pays et son PIB, le rapport annuel de la Banque mondiale intitulé « Doing Business » analyse les règlementations qui concernent la création d’entreprises, l’obtention de permis de construire, la fourniture d’électricité, l’enregistrement des biens, le paiement des taxes et l’obtention de crédits. Ce rapport est édité chaque année après une analyse approfondie de la règlementation de 190 puissances économiques.

L’édition 2020 du rapport « Doing Business » fait grimper Israël de la 49ème à la 35ème position, récompensant les progrès effectués dans trois catégories au moins. En effet, le gouvernement israélien a prise des dispositions pour faciliter la création d’entreprise en autorisant l’enregistrement conjoint de l’impôt sur les sociétés et de la taxe sur la valeur ajoutée, en améliorant l’accès aux informations sur le crédit, en facilitant le paiement des impôts, en réduisant le taux de l’impôt sur le revenu des sociétés et facilitant les échanges transfrontaliers.

« Il semble que la réduction des impôts soit l’un des paramètres les plus importants pour nous faire progresser dans le classement. Mais c’est une excellente nouvelle pour l’économie israélienne. C’est un signal. Les messages s’adressent également aux marchés mondiaux et aux investisseurs internationaux : venez investir ici. C’est beaucoup plus facile de faire des affaires ; il y a beaucoup moins de bureaucratie », a expliqué Moshe Kahlon, le ministre des Finances, réagissant à l’édition du rapport « Doing business 2020 ».

115 économies mondiales ont changé leur règlementation en faveur des entreprises et le rapport révèle que les pays en voie de développement gagnent du terrain d’année en année. Les trois premières places sont occupées par la Nouvelle-Zélande, Singapour et Hong-Kong tandis que les Etats-Unis et la France occupent respectivement la 6ème et la 32ème position.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *