Feu vert pour le téléphérique de Jérusalem
#Actualite #Collectivites #Decideurs #ISRAEL
Eric Emmanuel Galland
mercredi 6 novembre 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 6 Novembre 2019 à 09:22

Imaginé par le ministère israélien du tourisme pour faciliter les déplacements à l’intérieur de la Vieille Ville et créer un attrait touristique supplémentaire, le projet de construction d’un téléphérique à Jérusalem a été définitivement adopté par la commission israélienne des infrastructures nationales.

Le projet, qui a crée la discorde et a fait l’objet de nombreux recours, dispose de nombreux arguments. Cette ligne téléphérique de 1,4km qui devrait relier le mur des lamentations à la porte dite « des maghrébins », sera une alternative à la circulation automobile, particulièrement dense à Jérusalem, et permettra ainsi de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. Le projet constituera également un moyen de déplacement ludique pour les nombreux touristes visitant la ville, et donc, d’augmenter l’attrait de la ville.

Pour les nombreuses organisations qui ont déposé un recours visant à suspendre le projet, cette ligne de téléphérique pourrait, au contraire, diminuer l’attractivité de la destination en dénaturant le « paysage biblique ». D’autres, ont exposé des arguments plus terre à terre en évoquant l’impact négatif sur le cadre de vie des habitants qui vivront en en contrbas de l’infrastructure, notamment les Palestiniens du quartier Silwann, situé au pied de la muraille de la Vieille Ville. D’autres encore, considèrent que ce projet est né d’arrières pensées politiques visant à accélérer le judaïsation de la ville.

L’ensemble des recours qui ont été déposés ont été étudiés et rejetés. Lundi 4 novembre, la commission israélienne des infrastructures nationales a officiellement donné sont feu vert à la mise en place du projet et au lancement du chantier dont le coût est estimé à 500 millions d’euros. Avec 72 cabines et 20 stations, le téléphérique permettra d’acheminer environ 3000 personnes par heure jusqu’aux endroits les plus visités de la ville depuis la porte dite des « maghrébins », où stationnent une noria d’autobus transportant les touristes souhaitant découvrir la ville « trois fois sacrée ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *