Legal Doctrine : le Big Data au service du droit algérien
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 29 novembre 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 29 Novembre 2019 à 09:31

Lancée en février 2018, la compagnie algérienne Legal Doctrine a été nommée meilleure start-up Legal Tech en Afrique lors de l’événement Legal Tech Africa en septembre dernier. Cette consécration fait suite à celle de Swiss Legaltech à Zurich un an auparavant. Ecomnews Med vous présente aujourd’hui le portrait de cette start-up qui ambitionne de proposer ses services en Tunisie également.

En créant le portail Legal Doctrine, l’entrepreneur algérien Walid Ghanemi, 27 ans, a voulu rassembler tous les textes juridiques algériens sur une seule plate-forme. Un challenge réussi, puisqu’après 5 ans de travail continu, le site dispose d’une base de données contenant 9 000 textes juridiques, 70 000 décrets, 300 000 articles et 1 000 jurisprudences de droit algérien.

Ces derniers illustrent l’ensemble de la législation algérienne, depuis l’indépendance, dans les domaines de la construction, commercial, fiscal, bancaire ou social.

Doté d’un moteur de recherche intuitif, le site permet aux professionnels de rechercher un texte juridique en quelques clics, de créer une entreprise en ligne, ou encore de bénéficier de l’assistance de juristes qualifiés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 grâce à un service de chat en ligne. Bien entendu, ses services sont facturés sous forme d’abonnement annuel avec différentes formules dont les prix varient entre 35 et 90 euros/mois.

Legal Doctrine commence son expansion régionale par la Tunisie

Comptant environ 1 400 clients à ce jour, dont des entreprises françaises, suisses et italiennes, Legal Doctrine compte maintenant se lancer en Tunisie. Cette annonce fut dévoilée dans un communiqué de presse de l’entreprise, à l’occasion de la cérémonie des Awards d’Afric’Up, organisée sous l’égide de l’Alliance Smart Africa.

Ce même communiqué précise que Legal Doctrine donnera accès désormais à l’ensemble des textes de lois tunisiens. Parmi les autres projets de la firme (qui compte à ce jour une dizaine de salariés), on retrouve l’élaboration d’une version en arabe et en anglais de Legal Doctrine d’ici fin 2019.

Néanmoins, M. Ghanemi n’est pas pressé d’exporter son projet à l’international. En effet, ce dernier a indiqué à ce sujet « On ne veut pas se brûler les ailes, il faut d’abord que notre service soit parfait ici en Algérie avant de penser à s’exporter à l’international ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *