Quels sont les secteurs clés de l’économie tunisienne ? Analyse
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Economie #Entreprises #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 4 décembre 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 4 Décembre 2019 à 10:49

L’économie tunisienne se relève doucement de la période post-mouvements sociaux, mais des défis reste à relever. Tour d’horizon des secteurs clés de l’économie tunisienne.

Le contexte économique post-mouvements sociaux de 2011 en Tunisie n’est pas des plus réjouissants : déficit commercial record (5,5 milliards d’euros), chute du dinar (-15% de sa valeur face à l’euro) et hausse de la dette publique à 22 milliards d’euros. La Tunisie compte fortement sur les secteurs où elle a été traditionnellement performante : Tertiaire, industrie et agriculture. Le point avec Ecomnews Med.

Les secteurs clés de l’économie tunisienne

Le secteur tertiaire tunisien, regroupant le tourisme et les TIC (technologies de l’information et de la communication), compte pour 63,6% du PIB et emploie près de 43% de la population active. Cela confirme le fait que l’économie du pays compte énormément sur les services, et pâtit donc des crises sectorielles qui touchent, notamment, le tourisme.

Ce fut le cas après les mouvements  sociaux de 2011, où des attaques terroristes ont considérablement affecté le secteur. Cela dit, 2018 a été une année plutôt faste pour l’industrie du voyage avec une recrudescence du nombre de visiteurs à 8,3 millions de touristes, soit 1 million de moins que l’année de référence (2010). Le Ministère Tunisien du tourisme, optimiste, table sur plus de 9 millions d’arrivées en 2019.

Le second secteur clé de l’économie tunisienne n’est autre que l’industrie, qui représente près de 23% du PIB et emploi plus de 42% de la population active tunisienne. Selon l’Institut Tunisien de la Statistique, le pays a connu une baisse de la production industrielle totale de 0.5% en 2018.

Cette baisse est due, principalement, au déclin des industries de la chimie, de l’énergie et des mines (de 9,2 % à 3,4 % entre 2010 et 2018). L’industrie agroalimentaire, électrique et mécanique, pour leur part, continuent leur croissance.

L’agriculture occupe la 3e position des secteurs vitaux de l’économie du pays (9,54% du PIB et 13.5% de la population active). La Tunisie est arrivée, malgré la crise économique, à atteindre le stade de suffisance alimentaire et est devenue, en parallèle, l’un des pays les plus productifs d’Afrique en matière d’agriculture biologique.

Redressement de l’économie tunisienne : les mesures prises par le gouvernement

Pour remédier à la crise économique que traverse le pays, le gouvernement tunisien a pris un certain nombre de mesures fiscales visant à améliorer les services sociaux de base. C’est ainsi que la loi de finances de 2019 va supprimer le régime fiscal préférentiel (sociétés offshore et nouvelles entreprises), et augmenter le taux de TVA de 13 à 19% pour les professions libérales. Le but étant d’allouer le revenu fiscal supplémentaire au service de la santé et de l’éducation.

L’amélioration du climat des affaires est l’autre priorité sur l’agenda du gouvernement, profitant de la reprise du secteur agricole (+9%) et des services (3,6%). L’objectif est de rétablir les équilibres macroéconomiques par la réduction du taux d’inflation (qui devrait passer à 5,9% en 2020, contre 7,5% aujourd’hui) et la stabilisation de la dette publique à partir de cette année.

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *