Tunisie : Quel est le niveau de corruption du pays ?
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Economie #Institutions #TUNISIE
Denys Bédarride
vendredi 20 décembre 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 20 Décembre 2019 à 09:30

Par rapport à l’année précédente, la Tunisie perd 11 places (99ème/200) au classement 2019 de TRACE International, concernant l’évaluation du risque de corruption pour les entreprises.

L’association commerciale à but non lucratif TRACE International a publié le 12 novembre 2019 son rapport annuel sur l’évaluation du niveau de corruption par pays.

La Tunisie est classée au 99ème rang mondial sur 200 pays 

Elle a reculé de 11 places par rapport au classement précédent de 2018 (88ème). Pour autant, la Tunisie demeure le pays le mieux classé du Maghreb, devant le Maroc (121ème), la Mauritanie (153ème), l’Algérie (163ème) et la Libye (194ème).

Les résultats obtenus par la Tunisie sont proches de ceux de l’Arabie Saoudite (93ème), de l’Albanie (95ème), ou encore des îles Caïman (98ème).

Les pays sont évalués selon une échelle de 0 à 100 (0 représentant le risque le plus faible de corruption pour les entreprises).

La Tunisie a obtenu une note générale de 52/100 (contre 50/100 en 2018), à partir des critères suivants :

– les interactions des entreprises avec le gouvernement (63/100),

– la dissuasion et l’application des mesures anti-corruption (57/100),

– la transparence du gouvernement et de l’administration (51/100),

– la capacité à surveiller la société civile et des médias (32/100).

Pour rappel, une Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption a été mise en place en Tunisie en novembre 2011. La Constitution de 2014 prévoyait la création d’une nouvelle instance indépendante.

Cela fut acté par la loi organique n°8/2018 adoptée le 27 août 2018 par l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

Il s’agit de l’Instance de la Bonne Gouvernance et de la Lutte Contre la Corruption (IBOGLUCC). Selon l’article 35, cette instance doit comporter neuf membres, élus pour 6 ans. Cependant, lors de la séance plénière à l’ARP le 2 juillet 2019, aucun des neuf candidats désignés par les présidents des blocs parlementaires n’a été élu.

Il importe de mentionner que la signature du décret nommant les membres de l’Instance de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption est l’un des cinq indicateurs structurels (sur neuf) non respecté dans le cadre de la 5ème revue du Fonds Monétaire International (FMI), qui a été validée par le Conseil d’administration le 12 juin 2019.

Source : Service Économique Régional Tunisie-Libye // Economic Service Tunisia-Libya. Ambassade de France en Tunisie // French Embassy in Tunisia

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *