L'Egypte mise sur le pétrole pour attirer les investissements étrangers et soutenir son économie
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #EGYPTE
Denys Bédarride
mardi 31 décembre 2019 Dernière mise à jour le Mardi 31 Décembre 2019 à 09:37

Egyptian General Petroleum Corporation (EGPC), la société égyptienne du pétrole a signé avec des compagnies d’exploration, quatre accords d’exploration de pétrole et de gaz pour des investissements prévus d’une valeur de 155 millions de dollars. C’est le ministre du Pétrole, Tarek El Molla, qui a fait l’annonce.

Le premier accord a été signé avec International Egyptian Oil Company (IEOC) et couvre une concession de la zone de Siwa au sud-est du désert occidental.

La firme d’exploration envisage d’y injecter un minimum de 17 millions de dollars, allouant environ 1,2 million de dollars pour le forage de quatre nouveaux puits. Notons qu’IEOC est la filiale locale du producteur italien Eni dans le pays.

Le deuxième accord a également été signé entre ces deux parties. Il est relatif à la concession de développement de West Razak dans le désert occidental pour un investissement de 34 millions de dollars, dont 5 millions de dollars pour le forage de 13 nouveaux puits.

Pour ce qui est du troisième accord, EGPC l’a signé avec la société Merlon El Fayum pour un investissement minimum d’environ 36 millions de dollars, dont 2,3 millions de dollars pour le forage de huit nouveaux puits.

Le dernier accord a été paraphé avec les sociétés Ganoub El Wadi Petroleum Holding et ZIM Ningbo. Le permis couvre une zone de concession au sud-est de Ras Al-Ush dans le golfe de Suez pour un investissement minimum d’environ 68 millions de dollars. 2,3 millions de dollars iront au forage de cinq nouveaux puits.

Ces nouveaux accords portent à 103, les cessions de permis opérées par le gouvernement depuis fin juin 2019. Le pays qui est autosuffisant en gaz naturel travaille désormais à développer son plateau de production d’huile afin de tourner le dos aux importations dans les prochaines années.

Pour El Molla, « le secteur pétrolier est considéré comme l’un des piliers importants pour attirer les investissements étrangers et soutenir l’économie nationale » 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *