Marseille : La faillite d’Aigle Azur a amputé l’aéroport de 80 000 passagers
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #ALGERIE #MAROC
Rédaction Ecomnews Med
jeudi 23 janvier 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 23 Janvier 2020 à 08:54

L’aéroport Marseille-Provence, qui présentait ce 16 janvier son bilan annuel, a annoncé avoir dépassé le seuil décisif des 10 millions de passagers en 2019, en ce malgré la faillite d’Aigle Azur qui a amputé l’aéroport de 80 000 passagers. Sur les six compagnies qui avaient formulé une demande pour la reprise des droits d’Aigle Azur à Marseille, Air France et Volotea ont été désignées par la DGAC

 

« Nous aurions eu 80 000 passagers supplémentaires si Aigle Azur n’avait pas fait faillite. C’était un opérateur important à Marseille avec plus de 200 000 passagers par an sur Alger, Dakar et Moscou. A fin août, nous enregistrions 190 000 voyageurs entre Marseille et Alger, soit une hausse de 2,1% puis à compter de septembre, la fréquentation a chuté de 9, 10 et 17% en octobre, novembre et décembre respectivement. Une partie de la clientèle d’Aigle Azur s’est rabattue sur Air Algérie et Vueling. Une autre partie de la clientèle a préféré partir de Paris avec Air France », explique Julien Boullay, directeur marketing d’Aéroport Marseille-Provence (AMP).

Ainsi, sur l’année 2019, le nombre de passagers sur Marseille-Alger accuse un repli de 2,2%.   

Aigle Azur en disparaissant a laissé vacants les droits de trafics, remis en jeu par la DGAC dans le cadre d’une procédure d’appel d’offres auquel six compagnie ont soumissionné.  

« La décision sera rendue au plus tard le 27 janvier. Nous sommes confiants, les compagnies récupèreront les trafics », assure Julien Boullay. Privé de cette visibilité sur l’Algérie, il se refuse à faire des prévisions sur le trafic global de la plate-forme en 2020, se contentant de prédire « une bonne année » également.  

 

Le Maroc et la Turquie en vedette 

Dans le bassin Méditerranéen, la destination marocaine attire toujours plus de voyageurs  (+12,9%) séduits par les nouvelles lignes opérées par Ryanair vers Agadir, Essaouira et Ouarzazate.

Istanbul se détache du peloton, se hissant de la 8e à la 5e place entre 2018 et 2019 avec une progression de 16,8% avec 262 789 voyageurs. Une croissance résultat d’une desserte étoffée par Turkish Airlines (deux vols par jour) et Pégasus qui opère toute l’année un vol quotidien.  La fin de l’année a également été marquée par l’ouverture de nouvelles lignes sur Addis Abeba en Ethiopie et sur Dakar avec Air Sénégal le 12 décembre dernier.

« Notre objectif consiste à développer le maillage européen et le bassin méditerranéen avec des vols directs pour répondre à la demande des clients. Nous voulons également améliorer l’accessibilité vers les grands hubs et augmenter les vols longs courriers », complète Julien Boullay.

La desserte des villes méditerranéennes sera renforcée à compter du printemps prochain avec l’ouverture de nouvelles lignes vers Athènes, Olbia, Castellon, Alghero, Antalya, Catane, Dakar, Essaouira, La Cannée, Milan Bergame, Olbia, Tel Aviv.

 

 

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER depuis Marseille 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *