Tunisie : Comment les entreprises tunisiennes peuvent-elles financer leur croissance sur le continent africain ?
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #Decideurs #Economie #Entreprises #TUNISIE
Denys Bédarride
mercredi 12 février 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 12 Février 2020 à 08:20

La 3e édition de la conférence internationale « Financing Investment and Trade In Africa » (FITA 2020) organisée par le Tunisia Africa Business Council (TABC) s’est tenue à Tunis les 4 et 5 janvier 2020. L’objectif était de mettre en relation les entreprises tunisiennes avec les bailleurs de fonds panafricains et internationaux pour se financer et accélérer leur croissance sur le continent.

 

La conférence FITA 2020 les 4 et 5 janvier 2020 a mis en évidence l’importance de l’intégration régionale et du numérique pour l’Afrique

Ridha Chalghoum, ministre des finances de la Tunisie, a soutenu que l’Afrique doit être mieux intégrée dans les chaînes de valeur mondiales et a rappelé l’importance de la zone de libre-échange continentale (ZLECA), qui constitue selon lui un objectif vers lequel il faut tendre, conformément à l’Agenda 2063.

Il a également insisté sur le potentiel que représentent les technologies de l’information et de la communication (TIC) en Afrique, et la nécessité pour le continent de s’inscrire dans le processus de transition énergétique.

La conférence FITA 2020 a également abordé le thème des blocs économiques. Il a été rappelé que le COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe) est réellement effectif depuis début janvier 2020 (bien que 5 pays membres maintiennent encore des droits de douane). Cependant, certains pays font partie de différents blocs économiques et donc certaines mesures peuvent se chevaucher.

La ZLECA (zone de libre-échange continentale) permettrait de résoudre ce problème, puisque les mesures s’appliquent à l’échelle du continent africain. Le processus a été lancé en 2015 et l’objectif est de parvenir à un marché unique africain d’ici 2027.

La Tunisie n’a pas encore ratifié l’accord mais le projet de loi a été validé en conseil ministériel en septembre 2019, et l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) doit le valider.

Enfin, l’initiative du gouvernement américain « Prosper Africa », lancée en décembre 2018, a été abordée lors de FITA 2020 et a fait l’objet d’une conférence à part entière le 6 janvier 2020.

Prosper Africa vise à accroître le commerce et l’investissement bilatéraux entre les États-Unis et l’Afrique. A cette fin, l’initiative permet de coordonner le travail de 16 agences publiques et ministères qui présentent leur offre sous forme de guichet unique aux entreprises et investisseurs américains et africains. Chawki Jaballi, directeur de la coopération au ministère du commerce de la Tunisie, a souligné que la Tunisie est favorable à l’arrivée d’investissements américains sur le sol national.

Selon lui, la Tunisie est le meilleur point d’entrée en Afrique pour les Etats-unis.

 

Source : Service Économique Régional Tunisie-Libye // Economic Service Tunisia-Libya

Ambassade de France en Tunisie // French Embassy in Tunisia

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *