Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas rater de l'actualité économique 41
#Actualite #Collectivites #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Institutions #EGYPTE #ISRAEL #LIBAN
Denys Bédarride
mercredi 19 février 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 19 Février 2020 à 08:21

Découvrez le condensé de l’actualité économique de la région MENA cette semaine réalisé avec l’appui du Service Economique Régional de Beyrouth avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv).

 

L’actualité économique de l’Egypte 

Le montant net des avoirs extérieurs détenus par la Banque Centrale est passé de 42,62 Mds$ à la fin du mois de janvier 2019 à 45,46 Mds$ à la fin du mois de janvier 2020.

La Banque Centrale a émis le 11 février des Bons du Trésor à un an libellés en dollars, pour un montant de 985M USD. L’adjudication s’est conclue à un taux d’intérêt moyen de 3,491% contre 3,540% lors de la dernière opération du même type, le mois dernier.

D’après la Banque Centrale, la Livre égyptienne (EGP) s’échangeait à l’achat ce 12 février au cours de 15,67 EGP pour 1 USD, son plus bas niveau depuis le mois de novembre 2016, deux semaines après la libéralisation du cours de l’EGP.

La Livre égyptienne est l’une des devises les plus performantes vis-à-vis du dollar en 2019 (-10,5% sur l’année). L’EGP s’est appréciée de 2% supplémentaires depuis le 1er janvier dernier.

Tirée par l’attractivité des titres de dette publique, et alors que les rentes traditionnelles de devises étrangères (tourisme, Canal de Suez, transferts des émigrés) progressent, l’appréciation de la livre égyptienne pourrait se poursuivre au cours de l’année 2020.

D’après le rapport du Ministère des Finances sur l’exécution du budget de l’Etat, le déficit budgétaire s’élève au terme du premier semestre à 237 Mds d’EGP, soit 3,8% du PIB contre 3,6% à la même période l’année dernière.

D’après le rapport du Ministère des Finances sur l’exécution du budget de l’Etat, tirées par la hausse des paiements dus au titre des intérêts de la dette (+28,8% en g.a.), les dépenses augmentent de 8,4%, tandis que les revenus restent stables (+0,5%).

D’après l’agence nationale des statistiques CAPMAS qui l’a annoncé ce mardi 11 février, la population de l’Egypte a officiellement dépassé le seuil des 100 millions d’habitants.

Calculée en glissement annuel, l’inflation urbaine globale s’établissait à 7,2% à la fin du mois de janvier 2020, contre 12,7% en janvier 2019.

 le caire

L’actualité économique d’Israël 

Le montant des avoirs extérieurs de la Banque d’Israël est passé de 118,2 Mds$ à la fin du mois de janvier 2019 (32,1% du PIB) à 130 Mds$ (33,8% du PIB) à la fin du mois de janvier 2020.

D’après le Bureau Central des Statistiques, le nombre des touristes est passé de 285 000 au cours du mois de janvier 2019 à 308 500 au cours du mois de janvier 2020, soit une augmentation de 8,3%.

La Banque d’Israël continue ses achats de devises: 1,95 Md$ ont été achetés en janvier après 3,5 Mds$ au cours des 2 mois précédents. Le shekel a continué de s’apprécier la semaine dernière, atteignant +1,6% en glissement annuel par rapport au panier de devises effectif.

L’actualité économique du Liban

Le Gouvernement a obtenu le vote de confiance du Parlement le 11 février. Sur un total de 128 députés, 84 députés étaient présents au moment du vote : 63 ont accordé la confiance au nouveau cabinet, alors que 20 élus ont refusé de la lui accorder et 1 député s’est abstenu

D’après le Ministère des Finances, le montant de la dette publique a atteint 91,6 Mds$ à la fin décembre 2019, en augmentation de 7,6% sur un an. La dette libellée en LBP a atteint 57,9 Mds$, +12,1% sur un an et la dette libellée en devises s’est établie à 33,7 Mds$, +0,8%

D’après les chiffres publiés par la Banque du Liban, le déficit enregistré par la balance des paiements a été ramené de 4,82 Mds$ au cours de l’année 2018 à 4,35 Mds$ au cours de l’année 2019.

220 000 postes ont été supprimés dans le secteur privé depuis la crise du 17 octobre (60 000 postes au cours des deux derniers mois). 94% des entreprises interrogées ont vu leur chiffre d’affaires baisser de 69% en moyenne par rapport à la période précédant le 17 octobre

220 000 postes ont été supprimés dans le secteur privé depuis la crise du 17 octobre. 1/3 des entreprises affirment avoir licencié 60% de leurs employés; 12% des entreprises ont arrêté leur activité et 51% des entreprises ont baissé les salaires en moyenne de 42%.

 

L’actualité économique de la Palestine

D’après les chiffres publiés par le Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS), l’indice des prix à la consommation a augmenté de 1,26% entre Janvier 2020 et janvier 2019 (+ 3,22% à Jérusalem Est, +1,26% en Cisjordanie, et +0,02% à Gaza).

D’après les chiffres publiés par le Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS), le taux de chômage a augmenté à 25,3% à la fin de 2019 contre 24,3% à la fin de 2018. Le taux de chômage dans la bande de Gaza était de 45% contre 15% en Cisjordanie.

D’après les chiffres publiés par le Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS), le taux de chômage dans la bande de Gaza est de 45% contre 15% en Cisjordanie tandis que le taux de chômage des femmes s’élève à 41% contre 21% chez les hommes.

Une escalade a été enregistrée ces deux dernières semaines dans le bras de fer commercial israélo- palestinien engagé depuis la « guerre des veaux » en septembre. Les exportations palestiniennes de produits agricoles frais et agroalimentaires sont aujourd’hui bloquées

L’Extended PMA Business Cycle Index qui mesure les performances de sept secteurs d’activité économique) est passé de -7,30 en janvier 2019 (+2,0 en Cisjordanie et -29,26 à Gaza) à -7,4 en janvier 2020 (-1,4 en Cisjordanie et -21,5 à Gaza).

L’actualité économique de l’Iran

Les exportations de gaz seraient passées de 12 Mds de m3 en 2018 à 15 Mds de m3 en 2019, soit une hausse de 25% en glissement annuel. La ventilation géographique des flux fait apparaître que si les exportations à destination de la Turquie et de l’Arménie sont stables

Sur l’année 2019, l’Iran a exporté 1,57 GW d’électricité vers l’Irak et 19,8 M de m3/jour de gaz permettant de générer 3 GW additionnels d’électricité.

D’après le Centre National des Statistiques, le PIB en volume se serait contracté au cours des trois premiers trimestres de 2019/2020 dans des proportions voisines de -7,6%. Sur la même période, le PIB hors hydrocarbures représenterait près de 86% du PIB total.

D’après le Centre National des Statistiques, la ventilation par secteurs d’activité fait apparaître que l’ « extraction du gaz et du pétrole » aurait connu la plus forte baisse (-37%) et la « construction » la plus forte hausse (+9,6%) sur la période.

La production de pétrole brut aurait été ramenée de 3,58 M b/j en 2018 à 2,43 M b/j en 2019, soit une baisse dans des proportions voisines de 32,1% en glissement annuel.

D’après l’Administration Générale des Douanes de la République populaire de Chine, les importations de pétrole brut iraniennes de la Chine auraient été ramenées d’une moyenne de 584 300 b/j en 2018 à une moyenne de 295 000 b/j en 2019, soit une baisse de 49,5%.

D’après l’Administration Générale des Douanes de la République populaire de Chine, les importations de pétrole brut iraniennes s’inscrivaient à 95 000 b/j en décembre 2019, soit une baisse dans des proportions voisines de 28,6% en glissement mensuel.

Les importations de pétrole brut iraniennes de l’Inde seraient passées d’une moyenne de 513 000 b/j en 2018 à une moyenne de 123 000 b/j en 2019, soit une baisse dans des proportions voisines de 76% en glissement annuel.

Entre 2018 et 2019, les importations de pétrole brut et de condensats iraniens du Japon seraient passés de 127 400 M b/j à 46 900 M b/j en moyenne, soit une baisse dans des proportions voisines de 63,2% en glissement annuel.

L’Inde et le Japon auraient interrompu leurs importations de pétrole à partir de juin 2019, à la suite de l’expiration du waiver de l’OFAC en mai 2019.

La Compagnie pour la Distribution des Produits pétroliers a organisé 18 nouvelles sessions de ventes via l’IRENEX. 639 000 tonnes onshore ainsi que 3 540 000 barils offshore ont été proposés à un prix de 528,3 $ la tonne et 56,61 $ le baril. Aucun client ne s’est manifesté

D’après la base de données du US Census Bureau, le montant des échanges entre les Etats-Unis et l’Iran aurait été ramené d’un total de 495,7 M $ à la fin de l’année 2018 à un total de 74,5 M$ à la fin de l’année 2019, soit une division par près de 7 sur la période.

Iran Air dessert dorénavant la ville de Doha à partir de l’aéroport « Persian Gulf » d’ Assalouyeh (province de Bushehr), à raison d’une rotation hebdomadaire.

 

Source : Service Economique Régional de Beyrouth avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv)

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *