Algérie : L’accélération de la politique algérienne des clusters veut compenser un démarrage tardif
#Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #Institutions #ALGERIE
Janos Fernandez
vendredi 28 février 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 28 Février 2020 à 11:41

Les lecteurs de notre article précédent, « Quels sont les clusters du Maghreb ? Comment se développent-ils ? «, savent que l’Etat algérien a accéléré la structuration des clusters afin de chercher des solutions à une économie bien trop dépendante de la production pétrolière.

 

L’orientation du gouvernement a été facilitée par l’existence de PME dynamiques et une volonté nationale de soutenir l’entrepreneuriat.

L’Etat a ainsi rapidement entrepris une politique de soutien aux clusters notamment par la relance de l’industrialisation pour réduire la balance commerciale en favorisant la sous-traitance sur le sol national; le développement de centres techniques pour les filières à haut potentiel; ou encore l’engagement de soutien aux PME et aux filières par la loi 17-02 d’orientation sur le développement des PME du 10 janvier 2017.

De manière plus globale, les pouvoirs publics sont entrés dans une logique d’aide à une compétitivité vertueuse portée par les entreprises elles-mêmes.

L’étude de l’IPEMED (Institut de Prospective Économique du Monde Méditerranéen) qui a servi de base à cet article recense les clusters suivants en Algérie :

  • Cluster de la Mécanique de Précision d’Alger
  • Algeria Digital Cluster, à Alger
  • Cluster de l’Energie Solaire, Alger
  • Cluster Boisson Algérie installé à Bejaïa
  • Cluster de l’huile d’olive de Bouira

Ces cinq organisations sont dotés d’une gouvernance et soutenues par la Direction Générale de la PME. Notons que leur localisation administrative n’est pas forcément le reflet d’une solidarité nationale de fait entre entrepreneurs du même secteur d’activité.

Encouragés par le gouvernement et les bailleurs de fonds, on notera la multiplication des clusters émergents et notamment :

  • Biotech et pharmacie à Constantine
  • Mécanique à Constantine
  • Plasturgie, avec une organisation autour de groupes internationaux
  • Lait à Bejaïa. Ce cluster réunira des organismes de recherche
  • Tomate industrielle, dans le NOrd-Est réputé pour cette activité
  • Dattes à Biskra
  • Algeria Tourism Cluster à visée nationale

Enfin, dans le cadre du projet « Creative Mediterranean «  soutenu par l’UE, deux clusters ont été retenus.

  • Le Cluster des Bijoutiers de Batna
  • Le Cluster des Dinandiers de Constantine

Pour conclure, l’Algérie semble fermement engagée dans la mise en place de clusters sur des secteurs stratégiques et avec un soutien étatique prononcé.

Il apparaît inévitable que cette politique se poursuive tant le pays se doit de sortir d’une dépendance trop prononcée aux exportations pétrolières.

 

 

Pour ceux de nos lecteurs qui veulent en savoir plus vous avez à disposition : 

Notre article introductif aux clusters dans la zone Maghreb.

Nos zooms sur les clusters au Maroc et en Tunisie.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *