Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas rater de l'actualité économique de cette semaine 1
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #EGYPTE #ISRAEL #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 4 mars 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 4 Mars 2020 à 08:46

Découvrez le condensé de l’actualité économique de la région MENA cette semaine réalisé avec l’appui du Service Economique Régional de Beyrouth avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv).

 

 

L’actualité économique d’Israël

Le déficit de la balance commerciale est passé de 14,7 Mds$ en 2018 à 18,1 Mds$ en 2019.

 

Calculé en données brutes, le montant des exportations de services est passé de 50,1 Mds$ en 2018 à 55,4 Mds$ en 2019, soit une augmentation de 10,6%.

 

Calculé en données corrigées, le taux de chômage s’est établi à 3,6% à la fin du mois de janvier 2019 contre 4,2% à la fin du mois de janvier 2018.

 

D’après les chiffres publiés par le ministère des Finances, le solde budgétaire mensuel est passé d’un déficit de 818 M de NIS en janvier 2019 à un excédent de 5,93 Mds de NIS au mois de janvier 2020.

 

Le comité de politique monétaire de la Banque d’Israël a décidé de maintenir son taux directeur à 0,25%. La Banque d’Israël a par ailleurs révisé légèrement à la baisse ses prévisions de croissance pour 2020 à 2,9% au lieu de 3% précédemment.

L’actualité économique de Jordanie

Calculée en glissement annuel, l’inflation s’établissait à 0,05% à la fin du mois de janvier 2020.

 

Le déficit de la balance commerciale a été ramené de 12,57 Mds$ soit 29,7% du PIB en 2018 à 11,04 Mds$ soit 25% du PIB en 2019.

 

Le montant des avoirs en devises de la Banque Centrale (Readily Available Reserves) est passé de 12,52 mds$ à la fin du mois de janvier 2019 à 13,18 Mds$ à la fin du mois de janvier 2020.

 

L’indice de production industrielle a diminué de 5,5% en 2019.

 

Le montant des recettes touristiques a atteint 4,1 Mds de JOD en 2019, soit une augmentation de 10,2%. Le nombre de touristes français en Jordanie est passé de 48 399 en 2018 à 71 261 en 2019, soit une augmentation de 47,2%.

 liban

L’actualité économique du Liban

 

Moody’s a dégradé le 22 février la note souveraine du Liban de «Caa2» à «Ca», avec une perspective «stable», considérant qu’une restructuration de la dette est devenue «inévitable». Standard & Poor’s a également dégradé la note souveraine du Liban d’un cran.

 

Le Ministère des Finances a lancé le 19 février un appel d’offres pour conseiller le gouvernement à l’approche de l’échéance du paiement du 9 mars correspondant au remboursement de 1,2 Md$ de principal en Eurobonds.

 

D’après l’Association des Banques Libanaises, le montant des chèques compensés a augmenté de 36,6% entre les mois de janvier 2019 et de janvier 2020. Cette hausse s’explique par le plafonnement des retraits en dollars mis en place par les banques et acteurs économiques.

 

D’après les Autorités portuaires, le montant des recettes dégagées par le port de Beyrouth a diminué de 30,3% entre le mois de janvier 2019 et le mois de janvier 2020. Quant au nombre des conteneurs, il a diminué de 10,9% dans le même temps.

L’actualité économique de la Palestine

Calculé hors arriérés de paiement, le montant de la dette publique est passé de 2,3 Mds$ à la fin janvier 2019 à 2,9 Mds$ à la fin janvier 2020. La dette publique domestique est de 1,3 Md$ à 1,6 Md$ et la dette publique externe de 1 Md$ à 1,2 Md$.

 

Le déficit budgétaire mensuel est passé de 200,6 M de NIS au mois de janvier 2019 à 248,1 M de NIS au mois de janvier 2020.

 

Les exportations palestiennes ont été ramenées de 1,16 Md$ en 2018 à 1,07 Md$ en 2019, soit une diminution de 7,6%. Les importations ont quant à elles été ramenées de 6,54 Mds$ à 5,78 Mds$ dans le même temps, entraînant une réduction du déficit commercial de 12,6%. 

 

Suite à l’escalade des hostilités entre Gaza et Israel le 23 février, les Autorités israéliennes ont suspendu toutes les mesures d’assouplissements du blocus de Gaza qui avaient été mises en place la semaine dernière.

 iran

L’actualité économique de l’Irak

Les réserves de devises de la Banque Centrale d’Irak ont progressé de 5,5 % en 2019 pour atteindre 68 Mds$ à la fin 2019. Cette hausse est alimentée par des achats de dollars auprès du ministère des Finances et par l’augmentation des cours internationaux de l’or en un an.

 

En 2019, les exportations françaises vers l’Irak ont significativement progressé, de 44 %, pour s’établir à 427 M€, soit le plus haut niveau constaté depuis 2013.

 

Les produits métallurgiques et métalliques, les produits pharmaceutiques, les équipements mécaniques et électriques, les produits des industries agroalimentaires et les produits chimiques, parfums et cosmétiques constituent l’essentiel des exportations françaises. 

 

Les importations françaises d’Irak, composées quasi-exclusivement d’hydrocarbures, ont enregistré une hausse de 88 % à 903 M€. Ces évolutions ont conduit à un creusement du déficit commercial français vis-à-vis de l’Irak, passé de 184 M€ en 2018 à 477 M€ en 2019. 

 

La Trade Bank of Iraq (TBI), banque publique établie en 2013 pour faciliter le financement des échanges commerciaux domestiques ou avec l’étranger, a annoncé ses résultats pour 2019. 

 

La Trade Bank of Iraq (TBI), banque publique établie en 2013 a annoncé ses résultats pour 2019. Le montant total de l’actif de la banque a augmenté de 27% en 2019, à 29 Mds$, ses revenus de 12% à 673 M$ et son profit de 68% à 556M de$.

L’actualité économique de l’Iran

Le GAFI vient de décider du retour de l’Iran sur la liste des « juridictions à haut risque » présentant des déficiences stratégiques en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme et le financement de la prolifération. 

 

D’après le Centre national des Statistiques, calculée en glissement annuel, l’inflation s’établissait à 25% à la fin du mois de février 2020. Calculée en moyenne annuelle, elle s’établissait à 37% au cours des douze derniers mois.

 

D’après le Centre de recherche du Majles, les recettes d’exportation de produits pétroliers auraient représenté 261 000 Mds d’IRR, 4,7 Mds$ au taux de change appliqué pour le budget 2019/2020 soit 55 440 d’IRR pour 1$ à la fin des sept premiers mois de 2019/2020. 

 

D’après la Banque centrale, les recettes d’exportation de produits pétroliers auraient représenté 727 800 Mds d’IRR soit 17,9 Mds$ au taux de change appliqué dans le budget de 2018/2019 soit 40 500 d’IRR pour 1$, à la fin des sept premiers mois de 2018/2019. 

 

La Compagnie nationale pour la Distribution des Produits pétroliers a organisé 26 nouvelles sessions de vente d’essence. 1 110 000 tonnes «onshore» ainsi que 5 310 000 barils «offshore» auraient été proposés à un prix moyen respectif de 529,85$ la tonne et 57,42$ le baril

 

L’OFAC du département du Trésor américain a publié son rapport sur les demandes de licences reçues entre janvier et mars 2019 pour l’exportation de produits agricoles, de médicaments et d’appareils médicaux vers l’Iran et le #Soudan. 

 

 

Source : Service Economique Régional pour le Proche-Orient, l’Irak et l’Iran

Ambassade de France au Liban – Beyrouth

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *