L’Algérie veut doper ses exportations hors hydrocarbures grâce à 4 domaines d’activité économique prioritaire
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #Politique #ALGERIE
Denys Bédarride
jeudi 12 mars 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 12 Mars 2020 à 08:58

Invité du Forum d’El Moudjahid (quotidien algérien) le 1er mars, le ministre délégué chargé du Commerce extérieur de l’Algérie, Aïssa Bekkai a déclaré que quatre domaines économiques avaient été identifiés pour la mise en place d’une stratégie nationale de promotion des exportations hors hydrocarbures, rapporte l’agence officielle APS.

 

Ces domaines sont les industries agroalimentaires, les produits pharmaceutiques, les technologies de l’information et de la communication développées par les start-up et les pièces détachées.

Aïssa Bekkai, a fait savoir que son ministère allait bientôt engager des échanges directs avec les exportateurs afin de prendre en compte certaines préoccupations relatives notamment au financement, à la logistique, à la réduction des frais de transport et au renforcement des moyens de promotion du produit national.

L’économie algérienne reste encore fortement dépendante des exportations d’hydrocarbures. En 2019, celles-ci ont représenté 92,80% du volume global des exportations du pays.

Cette situation est préjudiciable dans un contexte de recul et d’incertitudes au niveau des cours des hydrocarbures. Cela s’est considérablement fait ressentir au niveau des réserves de change qui sont passées de 144,1 milliards $ à fin 2015 à 62 milliards $ à fin 2019

La modification de la structure des échanges commerciaux et la réduction de la dépendance aux hydrocarbures constituent donc une priorité pour les autorités algériennes.

 

Source Agence Ecofin mars 2020

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *