La Tunisie refuse d’adhérer à la Zone de libre-échange continentale africaine
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Institutions #Politique #TUNISIE
Denys Bédarride
vendredi 20 mars 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 20 Mars 2020 à 16:05

L’Assemblée des Représentants du Peuple n’a pas adopté la convention d’adhésion de la Tunisie à la Zone de libre-échange continentale africaine le 5 mars 2020, faute de quorum. Les Etats-Unis envisagent un accord de libre-échange avec la Tunisie.

 

La séance plénière à l’ARP jeudi 5 mars 2020, consacrée à l’examen du projet de loi organique relatif à l’adhésion de la Tunisie à la Zone de libre-échange continentale africaine, s’est révélée infructueuse du fait de l’absentéisme des députés, induisant un quorum insuffisant.

La plupart des responsables politiques tunisiens s’étaient pourtant montrés favorables à l’adoption du texte.

Par exemple, l’ex ministre des finances de la Tunisie Ridha Chalghoum avait rappelé l’importance de la ZLECA pour la Tunisie, lors de la conférence FITA début janvier 2020 : La ZLECA constitue selon lui un objectif vers lequel il faut tendre, conformément à l’Agenda 2063.

Pour rappel, la ZLECA est entrée en vigueur le 30 mai 2019 (ratification par 22 pays, soit le seuil minimum requis pour son lancement).

L’objectif est de parvenir à un marché unique africain d’ici 2027, en intégrant 55 Etats de l’Union africaine. L’un des avantages de cet accord est qu’il s’applique à l’échelle du continent africain, ce qui permet de régler le problème du chevauchement de mesures lié à la superposition d’accords régionaux.

Selon la Commission économique pour l’Afrique (CEA), la mise en œuvre de la ZLECA pourrait accroître le commerce intra-africain de 52,3% en éliminant les droits de douane à l’importation, et le doubler si les barrières non tarifaires étaient réduites. Le gouvernement tunisien avait signé l’accord relatif à la ZLECA le 21 mars 2018. L’achèvement du processus d’adhésion requiert l’adoption de la convention par l’ARP.

Par ailleurs, le Sénat américain a adopté une résolution le 27 février 2020, exprimant son souhait que les Etats-Unis entament des négociations avec les autorités tunisiennes pour un accord de libre-échange entre les deux pays.

Le Sénat confère au Président des Etats-Unis Donald Trump un délai de 90 jours pour notifier son intention d’engager ces négociations. Celles-ci devront inclure la lutte contre la corruption, la facilitation du commerce des biens et des services, et des dispositions relatives au travail (procédures de règlement des différends).

Source : Service Économique Régional Tunisie-Libye // Economic Service Tunisia-Libya

Ambassade de France en Tunisie // French Embassy in Tunisia

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *