Maroc : L’entrepreneuriat est-il la solution ?
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Entreprises #VieDesEntreprises #MAROC
Rédaction Ecomnews Med
lundi 23 mars 2020 Dernière mise à jour le Lundi 23 Mars 2020 à 06:46

Le nouveau modèle de développement marocain, est principalement axé sur le développement économique du pays. L’entrepreneuriat est-il la solution miracle ?

Le 12 novembre 2019, le roi Mohammed VI a nommé les membres de la commission spéciale chargée de concevoir un nouveau modèle de développement pour le Maroc. Présidé par l’ancien ministre de l’intérieur Chakib Benmoussa, le groupe comprend des professeurs, des politologues et des économistes tels que Noureddine El Aoufi, professeur d’économie à l’Université Mohammed V de Rabat, et Youssef Saadani, ancien cadre de la Bank Al-Maghrib et directeur des études économiques à la Caisse des Dépôts et de Gestion (CDG).

Des choix non sans importance puisque le souverain marocain ne cesse de rappeler que le développement économique du Royaume chérifien est la clé de la réussite de ce nouveau paradigme, dont les grandes lignes seront dévoilées en juin 2020.

L’initiative royale en faveur de l’entrepreneuriat

Anticipant le rapport qui sera présenté par la nouvelle commission, le roi Mohammed VI a lancé le 27 janvier 2020 un programme intégré de soutien et de financement des entreprises. Comme son nom le suggère, celui-ci vise à encourager l’esprit d’entreprise, en offrant aux jeunes porteurs de projets, aux TPE et aux autoentrepreneurs un cadre incitatif, des systèmes de garantie flexibles et un soutien de choix pour la réalisation de leurs projets.

À cet égard, le ministre de l’économie, des finances et de la réforme administrative Mohamed Benchaaboun, a précisé qu’un compte d’affectation spécial a été ouvert et consacré à cette initiative. Il est alimenté par un budget de 6 milliards de DH, fourni à parts égales par l’Etat et le secteur bancaire, et réparti sur une période de 3 ans.

Cet ancien PDG de la Banque Populaire au Maroc n’a pas manqué de rappeler que son ministère, en collaboration avec la Banque Centrale et d’autres institutions bancaires privées, veillera à la simplification des procédures administratives et des conditions de garantie nécessaires pour obtenir le financement d’un projet d’entreprise, sans oublier la réduction du coût du crédit (taux d’intérêt de 2% en milieu urbain et de 1,75% en milieu rural).

L’objectif étant de créer 27 000 nouveaux emplois chaque année et de soutenir 13 500 nouvelles entreprises.

Une jeunesse marocaine toujours pas prête à entreprendre

Le programme intégré de soutien et de financement des entreprises s’inscrit dans une vision à long terme pour le Maroc.

En effet, en promouvant l’esprit d’entreprise, Rabat vise à faire passer son taux de croissance de 3%, dans lequel elle a stagné ces dernières années, à 6% par an d’ici 2025. Mais malgré toutes les mesures encourageantes que cette initiative suscite, nous sommes en droit de nous poser les questions suivantes : la jeunesse marocaine est-elle prête à devenir une nouvelle génération d’entrepreneurs ? `La culture de l’esprit d’entreprise est-elle suffisamment ancrée dans la société ? Le système éducatif est-il conçu pour former des générations de futurs dirigeants ?

Autant de questions auxquelles l’édition 2019 du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) Maroc apporte des réponses peu rassurantes. En effet, sur les 3 500 adultes interrogés, seuls 30% pensent à créer une entreprise et uniquement 6% le font réellement.

La peur de l’échec (66%) et la mauvaise connaissance des différents mécanismes de financement existants (47%), restent selon Khalid El Ouazzani, le chef d’équipe du GEM Maroc les principales raisons d’un tel manque de dynamisme.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *