Israël coronavirus : Le Technion et l’institut Weizmann travaillent à la mise en place de nouvelles méthodes de tests 
#Actualite #BuzzNews #Entreprises #VieDesEntreprises #ISRAEL
Denys Bédarride
vendredi 27 mars 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 27 Mars 2020 à 07:13

L’Institut Technion-Israel de Technologie et l’Institut Weizmann ont indiqué séparément qu’ils travaillaient sur de nouvelles méthodes de diagnostic pour le coronavirus, un jour après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il espérait que jusqu’à 5000 tests seraient effectués quotidiennement.

Actuellement, les tests en Israël se sont concentrés sur les personnes présentant des symptômes spécifiques du coronavirus. Le taux de test actuel – environ 1 200 par jour, ne permet pas de surveiller les porteurs asymptomatiques.

Des chercheurs du Technion travaillant avec le campus de soins de santé de Rambam, ont déclaré dans un communiqué qu’ils « avaient testé avec succès une méthode qui augmentera considérablement la capacité actuelle de test COVID-19 en utilisant les ressources disponibles existantes ».

La méthode permet de tester simultanément des dizaines d’échantillons. Après avoir mené un essai réussi, les chercheurs ont déclaré que plus de 60 patients pouvaient être testés en même temps.

Le Technion a expliqué que le COVID-19 est actuellement diagnostiqué à l’aide d’un test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) qui examine la présence d’une séquence génétique unique de virus dans un seul échantillon. Le test dure plusieurs heures et crée un goulot d’étranglement car les échantillons sont testés individuellement. Avec les tests groupés, seuls les échantillons combinés jugés positifs déclencheront des tests individuels.

« Aujourd’hui, nous recevons environ 200 échantillons de test COVID-19 par jour, et chaque échantillon est soumis à un examen individuel », a déclaré le Dr Yuval Gefen, directeur du laboratoire de microbiologie clinique Rambam où les tests sont effectués.

« Selon la nouvelle approche de mise en commun que nous avons actuellement testée, les tests moléculaires peuvent être effectués sur un« échantillon combiné », prélevé sur 32 ou 64 patients. De cette façon, nous pouvons accélérer considérablement le taux de test. Ce n’est que dans les rares cas où l’échantillon commun se révèle positif que nous effectuerons un test individuel pour chacun des échantillons spécifiques. »

Selon le professeur Roy Kishony, chef du groupe de recherche à la Faculté de biologie du Technion, « ce n’est pas une percée scientifique, mais une démonstration de l’efficacité de l’utilisation de la méthode existante et même de l’équipement existant pour augmenter de manière significative le volume d’échantillons testés par jour. »

Kishony a déclaré que lors d’un « examen conjoint de 64 échantillons dont un seul était porteur positif, le système a identifié qu’il y avait un échantillon positif ». Reconnaissant les défis logistiques, il a ajouté que l’attente était d’augmenter considérablement le volume d’échantillons testés par jour.

« Cette approche devrait réduire les risques d’infection et aplatir la courbe d’infection », a-t-il déclaré.

À l’Institut Weizmann,  les scientifiques développent une approche de test avancée basée sur un processus qui implique moins d’étapes par rapport aux tests existants, et réduira considérablement le risque biologique pour les équipes médicales.

L’université a déclaré qu’elle utiliserait également ses laboratoires avancés pour effectuer des tests de coronavirus, notamment le Centre national de médecine personnalisée Nancy-Stephen Grand Israel (G-INCPM) , un centre de recherche créé en 2016. Ce laboratoire dispose d’un certain nombre d’appareils de PCR avancés.

«L’Institut Weizmann des sciences fait partie intégrante de la société israélienne, et nous considérons qu’il est de notre devoir et de notre droit de contribuer et d’aider l’État d’Israël et sa nation à faire face à la crise mondiale des coronavirus», a déclaré le professeur Alon Chen, président de l’Institut Weizmann des sciences. «Pendant cette crise, nous exploitons nos capacités en recherche fondamentale et les appliquons au bénéfice de l’humanité.»

Source : No Calmels et Le Technion 

©Photo : Le Technion

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *