Tunisie : Le secteur privé attend une annonce officielle du gouvernement relative aux mesures de soutien aux entreprises en difficulté
#Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #Entreprises #Politique #TUNISIE
Denys Bédarride
lundi 30 mars 2020 Dernière mise à jour le Lundi 30 Mars 2020 à 06:36

Le secteur privé tunisien reste en attente d’une annonce officielle du gouvernement relative aux mesures de soutien aux entreprises en difficulté ; l’impact économique du Covid-19 en Tunisie serait concentré sur le secteur de l’hôtellerie et du transport aérien mais il risque d’affecter les autres secteurs à très court terme comme le tourisme.

En effet, des secteurs essentiels de l’économie tunisienne seront touchés, notamment le tourisme, le transport maritime et aérien, l’artisanat, l’industrie exportatrice et l’enseignement privé.

Le ministère des finances a mis en place une cellule d’écoute pour les entreprises en difficulté, en lien avec la centrale patronale UTICA.

Le Chef de gouvernement a reçu les professionnels du secteur du tourisme.

Toutefois, les représentants du secteur privé recommandent un certain nombre de mesures concrètes, telles que la création d’un fonds spécial d’aide aux entreprises en difficulté, le report des échéances fiscales et du paiement des cotisations sociales, de nouvelles exemptions fiscales, etc.

En outre, certains professionnels ont effectué des dons au fonds de solidarité spécialement mis en place pour la crise sanitaire COVID-19.

C’est le cas de l’UTAP (union tunisienne de l’agriculture et de la pêche), qui a prélevé 1% de la valeur des produits destinés au marché de gros et fait don d’un jour de travail de ses agents. Les groupes Poulina et SFBT (Société de fabrication des boissons de Tunisie) ont aussi annoncé des dons à ce fonds de solidarité de 1 M TND chacun.

Enfin, la principale centrale syndicale (UGTT – union générale des travailleurs tunisiens) a effectué un don de 100 000 TND et a proposé à ses adhérents dans la fonction publique de faire un don d’une journée de travail au fonds de solidarité.

La CTFCI (chambre tuniso-française de l’industrie et du commerce) a mené du 10 au 13 mars 2020 un sondage auprès d’un échantillon représentatif de 60 entreprises tunisiennes et françaises implantées en Tunisie.

Les résultats de cette étude indiquent que 96 % de ces entreprises ont procédé au report ou à l’annulation de voyages professionnels et de l’accueil de partenaires étrangers.

Certaines entreprises ont réduit les déplacements entre gouvernorats au strict nécessaire. A ce stade, le ralentissement des approvisionnements et des expéditions a eu peu d’impact pour les sociétés de service. En revanche, elles connaissent une hausse de l’absentéisme du personnel en raison de motifs familiaux (fermeture des crèches, des jardins d’enfants et de l’ensemble des institutions d’enseignement depuis les 12 et 13 mars), et par crainte de contagion dans le cadre de l’activité professionnelle.

Les sociétés de services informatiques possèdent une marge de manœuvre plus large que les autres pour mettre en place du télétravail.

La plupart des sociétés industrielles (notamment secteurs du textile, plasturgie, robotique et aéronautique), ont fait état de ralentissements, et certaines d’entre-elles subiraient des ruptures d’approvisionnements en provenance de l’étranger (Chine, Corée du Sud, France).

Les secteurs de l’hôtellerie et du transport aérien sont particulièrement touchés : le premier a constaté un ralentissement important des réservations ainsi que de nouvelles exigences de la part des tours opérateurs, tandis que le deuxième a enregistré des annulations et reports de voyages en nombre.

Depuis la réalisation du sondage, de nouvelles mesures ont été prises pour lutter contre le Covid-19, dont le confinement total, qui aura un impact considérable sur l’activité, du fait de l’absence de la mobilité humaine et des biens.

Avant l’annonce du confinement total, les gouverneurs de Kasserine et de Bizerte avaient ordonné le 18 mars 2020 l’arrêt des déplacements inter-régionaux.

Des mesures similaires avaient été prises le lendemain dans les gouvernorats de Kébili, Gafsa, Gabès, Sfax et Sousse.

Source : Service Économique Régional Tunisie-Libye // Economic Service Tunisia-Libya
Ambassade de France en Tunisie // French Embassy in Tunisia

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *