Moyen-Orient/Afrique du Nord : Ce qu'il ne fallait pas rater de l'actualité économique de cette semaine 3
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Institutions #Politique
Denys Bédarride
jeudi 9 avril 2020 Dernière mise à jour le Jeudi 9 Avril 2020 à 07:29

Découvrez le condensé de l’actualité économique de la région MENA cette semaine réalisé avec l’appui du Service Economique Régional de Beyrouth avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv).

 

L’actualité économique de l’Egypte

D’ après la Banque Centrale, le déficit de la balance courante a été ramené de 5,3 Mds$ (soit 1,7% du PIB) au cours des six premiers mois de 2018/2019 à 4,6 Mds$ (soit 1,3% du PIB) au cours des six premiers mois de 2019/2020.

 

Le déficit de la balance commerciale a été ramené de 19,4 Mds$ (soit 6,4 % du PIB) à 18 Mds$ (soit 5,1% du PIB), soit une diminution d’un peu plus de 7%. Le solde de la balance énergétique redevient déficitaire, passant de +151M$ à -733M$.

 

Le déficit de la balance commerciale a été ramené de 19,4 Mds$ soit 6,4 % du PIB à 18 Mds$ soit 5,1% du PIB, soit une diminution d’un peu plus de 7%. Le montant des exportations hors-hydrocarbures passe de 8,3 Mds USD à 9,2 Mds USD soit une augmentation de plus de 11%.

 

Le montant des transferts d’expatriés est passé de 12 Mds$ à 13,7 Mds$, soit une augmentation de près de 14%.

 

Le montant des recettes touristiques est passé de 6,8 Mds$ à 7,2 Mds$, soit une augmentation de près de 7%.

 

Les recettes tirées de l’exploitation du Canal de Suez sont passées de 2,9 Mds$ à 3 Mds$, soit une augmentation de près de 4%.

 

Les flux nets d’Investissements Directs Etrangers (IDE) sont passés de 4,2 Mds$ à 5 Mds$, soit une augmentation de plus de 18%.

 

Le projet de budget de l’Etat pour l’année fiscale 2020/21 a été approuvé par le Gouvernement le 26 mars et transmis au Parlement. Il est bâti sur un prix du baril de 61$ et un taux de croissance du PIB de 5,5%.

 

Le déficit public serait ramené de 7,2% du PIB en 2019/20 à 6,3% du PIB en 2020/21 et dégagerait, encore une fois, un excédent primaire de 2% du PIB. Quant à la dette publique, elle serait ramenée de 83% à 82,7% du PIB.

 

L’indice EGX30 qui regroupe les 30 capitalisations les plus importantes de la Bourse du #Caire a perdu 26% au mois de mars et 31% depuis le début de l’année. Quant à l’EGX100, il a diminué respectivement de 21% et 26%.

 

L’Institut de Finance Internationale (IIF) a ramené sa prévision de croissance en 2020 (année calendaire), de 5,4% à 2,7%. L’Egypte conservera néanmoins son statut d’économie la plus performante de la région ANMO en termes de croissance en 2020 devant le #Maroc à 1,1%.

 

Les dernières adjudications de Bons du trésor ont connu des résultats mitigés. Celle à 6 mois a été couverte à 124%, à 12,41 mds d’EGP au taux de 13,55%, celle à 9 mois à 149% à 13,61%, celle à 1 an à 135% à 13,56%.

 

Le Ministère des Finances prévoit de lever 610 Mds d’EGP dont 22,5 Mds d’EGP à 3 ans, 24,5 Mds d’EGP à 5 ans, 19,5 Mds d’EGP à 7 ans et 21,5 Mds d’EGP à 10 ans sur le marché local d’ici la fin de l’année fiscale.

L’actualité économique d’Israël

D’après la Caisse d’Assurance Nationale, le taux de chômage s’établissait à 24,6% le 2 avril contre 3,6% en janvier. Israël compte désormais plus d’un million de chômeurs.

 

L’indice TA-35 qui regroupe les 35 capitalisations les plus importantes de la Bourse de #TelAviv a perdu cette semaine 0,96% de sa valeur.

 

Dans le contexte du COVID-19, la compagnie israélienne El Al prolonge l’arrêt de tous ses vols à l’exception des vols de rapatriements d’Israéliens jusqu’au 2 mai. Pour rappel, elle avait d’abord annoncé l’arrêt des vols à compter du 26 mars minuit jusqu’au 4 avril.

 

Coronavirus : Le Ministre des Finances a dévoilé le 31 mars un plan de soutien de 70 Mds de NIS (19,6 Mds$) qui vient compléter le premier plan annoncé le 11 mars de 10 Mds de NIS (2,9 Mds$).

 

Dans le contexte du COVID2019, le Plan de soutien de 80 Mds de NIS se réparti en : 11 Mds de NIS (3,1 Mds$) à la santé ; 20 Mds de NIS (5,6 Mds$) à l’assurance chômage ; 41 Mds de NIS (11,5 Mds$) aux entreprises et 8 Mds de NIS (2,2 Mds$) pour préserver l’économie.

 

Le Ministère des Finances table désormais sur une croissance économique négative en 2020 de – 2% (après 3,3% en 2019), un déficit budgétaire de 7% du PIB (après 3,7% en 2019) et une dette publique de 70% du PIB (a minima, après 60% en 2019).

 

Israël a effectué le 31 mars la plus grande levée de fonds de son histoire en émettant 5 Mds$ de bons du Trésor, dont 2 Mds$ sur 10 ans à 2,75%, 2 Mds$ sur 30 ans à 3,875% et 1 Md$ sur 100 ans (une première) à 4,5%, pour financer le plan de soutien économique.

 

La Banque centrale a réduit les exigences en fonds propres des banques de second rang d’un point de pourcentage pour une durée de six mois reconductibles, dans le but de permettre à ces dernières d’octroyer davantage de crédits aux entreprises et aux ménages fragilisés

 

La Banque centrale a publié le coût estimé de plusieurs scénarios de sorties de crise du coronavirus. 2 scénarios considèrent que « le shutdown » de l’économie va se poursuivre et s’intensifier jusqu’à fin avril pour le premier, jusqu’à fin mai pour le second.

 

La Banque centrale estime que dans le scénario de sortie de crise fin avril, le coût des mesures restrictives sur l’économie israélienne serait de 4,9% du PIB (69,2 Mds de NIS), tandis que le scénario de sortie de crise fin mai coûterait 9,0% du PIB (126,8 Mds de NIS).

 

L’actualité économique de Jordanie

 

Le Ministre des Finances a annoncé que la première tranche de 139 M$ du nouveau programme de facilité étendu de crédit du FMI d’un montant total de 1,3 Md$ entre 2020 et 2023 a été versée sur le compte de la Banque centrale.

 

Le nouveau programme de facilité qui vient d’être approuvé par le Conseil du FMI fin mars 2020, a pour objectif principal de stimuler la croissance et de créer de l’emploi tout en gardant la stabilité financière et l’inclusion sociale.

 

D’après les chiffres du Département des statistiques Jordanien (DOS), la croissance du PIB au 4ème trimestre 2019 a augmenté de 2,1% à prix constants, par rapport à la même période en 2018.

 

D’après le Département des statistiques Jordanien, la croissance du PIB au 4ème trimestre 2019 est due au dynamisme de 3 secteurs: les industries extractives (+5,2%), les transports, le stockage et les communications (+ 3,5%) et le secteur des services sociaux (+3,2%)

 

L’actualité économique du Liban

 

Le Ministre des Finances a organisé une vidéo-conférence afin de présenter aux créanciers et investisseurs la situation macroéconomique du pays et les étapes envisagées en vue de la restructuration financière du pays qui portera sur la dette publique en LBP et en $.

 

D’après les dernières estimations, le PIB se contracterait de 12% en 2020 après 6,9% en 2019, l’inflation pourrait s’établir à 27,1% en 2020 après 3% en 2019, le déficit budgétaire serait établi à 11,3% du PIB en 2019 après 11,4% en 2018 et le ratio dette/PIB 178% en 2019.

 

D’après les dernières estimations, les réserves liquides en devise de la Banque du Liban seraient tombées à 22 Mds$ au début de l’année 2020, dont 18 Mds$ qui corresponderaient aux réserves obligatoires des banques.

 

D’après la Banque du Liban (BdL), les livraisons de ciment ont diminué de 60,8% entre le mois de janvier 2019 et le mois de janvier 2020. Quant aux importations de produits pétroliers, elles ont diminué de 3,2% dans le même temps.

 

D’après la Banque du Liban, la production d’électricité a été ramenée de 1,342 M de kWh au mois de janvier 2019 à 1,113 M de kWh au mois de janvier 2020, soit une baisse de 17,1% sur un an.

 

L’Institut de Finance Internationale (IIF) a ramené sa prévision de croissance en 2020 de -5,2%, estimée avant la crise du Covid19 à -13,3% depuis le développement de la pandémie.

 

Le montant des avoirs bruts de la Banque du Liban en devises a été ramené de 35,76 Mds$ le 15 mars à 35,23 Mds$ le 31 mars. Sur ce total, il faut y soustraire 5,5 Mds$ d’euro-obligations libanaises, 7 Mds$ prêtés au secteur bancaire et 18 Mds$ pour les réserves des banques

 

L’actualité économique de la Palestine

 

D’après le Palestinian Central Bureau of Statistics, l’indice global des prix à la production pour la Palestine est en baisse de 4,33% en février 2020 par rapport à février 2019 à cause de la baisse de l’indice des prix à la production de l’énergie (-8,84%) et de l’eau

 

Calculé hors arriérés de paiement, le niveau de la dette publique est passé de 8 231,8 M de NIS (2 278,5 M$) à la fin du mois de février 2019 à 9 840 M de NIS (2 864,5 M$) à la fin du mois de février 2020.

 

La dette domestique est passée de 1 246,8M$ à 1 601,5M$, tandis que la dette extérieure passait de 1 031,8M$ à 1 263 M$ entre février 2019 et février 2020.

 

D’après le Ministère des Finances, le solde budgétaire a été ramené de 583,5 M de NIS sur les deux premiers mois de l’année 2019 à 485,3M de NIS sur les deux premiers mois de l’année 2020.

 

D’après les chiffres publiés par le Palestinian Central Bureau of Statistics (PCBS), la croissance en volume du PIB aurait atteint 0,9% en 2019.

 

D’après les estimations du Ministère des Finances antérieures à la crise sanitaire, le déficit budgétaire (calculé après aide internationale) devait atteindre 750 M$ en 2020.

 

D’après les dernières projections actualisées suite au développement du #Covid19, le déficit budgétaire pourrait atteindre 1,8 Md$ si les recettes diminuaient de 20% et 2,4 Mds$ si les recettes baissaient de 40%.

 

L’actualité économique de l’Irak

 

Suite à l’audit de ses comptes 2019 par le cabinet d’audit Ernst & Young, la banque publique Trade Bank of Iraq (TBI) a sollicité et obtenu l’accord du Premier ministre pour procéder à une augmentation de son capital de 2,3 Mds$ à 3 Mds$.

 

La Banque centrale a décidé d’instaurer des restrictions sur les mouvements de capitaux en dollars américains : ces derniers pourront être libellés, au maximum, à 75% en $, le restant devant être libellé en IQD (1182 IQD = 1 $).

 

L’actualité économique de l’Iran

 

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont confirmé le 31 mars qu’INSTEX (Instrument in Support of Trade Exchanges) a réalisé avec succès sa première transaction, facilitant l’exportation de matériel médical de l’Europe vers l’Iran.

 

D’après les estimations du Centre National des Statistiques sur la base de trois scénarios pessimistes, optimiste et médian, le taux moyen d’inflation pourrait s’établir à 21,2% à la fin avril 2020, à 20,9% à la fin mai 2020, puis à 21,7% à la fin juin 2020.

 

D’après le Ministère de l’Industrie des Mines et du Commerce le nombre de véhicules automobiles produits localement a été ramené de 814 829 unités à la fin des 11 premiers mois de 2018/2019 à 696 400 unités à la fin des 11 premiers mois de 2019/2020 soit une baisse de 14,5%

 

D’après le ministère de l’Industrie, des Mines et du Commerce, la production d’acier brut serait passée de 20,6 MT à la fin des onze premiers mois de 2018/2019 à 21,6 MT à la fin des onze premiers mois de 2019/2020, soit une progression supérieure à 4,8% en un an.

 

D’après le ministère de l’Industrie, des Mines et du Commerce, la production de ciment aurait augmenté de 12,2% à 55,7 MT entre 2019 et 2020.

 

D’après l’Association des exportateurs de pétrole, de gaz et de produits pétrochimiques, les exportations de produits pétrochimiques seraient passées de 18,34 tonnes à 19,25 tonnes au cours des dix premiers mois de 2019/2020, soit une hausse de 5%.

 

D’après les données collationnées par Kpler, les exportations de produits pétroliers (brut et condensats) auraient été ramenées de 233 000 b/j à la fin du mois de février à 160 000 b/j à la fin du mois de mars, soit une baisse dans des proportions voisines de 31,3%.

 

D’après les données collationnées par Oil Price Charts, le prix du baril d’Iranian Light est passé de 46,42$ le 28 février à 18,88$ le 31 mars, soit une baisse dans des proportions voisines de 59,3% en glissement mensuel. Le prix du baril d’Iranian Light a baissé de 71%.

 

D’après l’Iran Airports Company, le trafic passagers des aéroports serait demeuré stable à 47,4 M de personnes entre la fin des onze premiers mois de 2018/2019 et la fin des onze premiers mois de l’année 2019/2020. Le fret aérien aurait diminué de 1% à 472,3 tonnes.

 

Le département d’Etat américain a prorogé lundi 30 mars pour 60 jours certains waivers sur le nucléaire civil (réacteur à eau lourde d’Arak, centrale nucléaire de Bushehr, Tehran Research Reactor, autres projets de coopération nucléaire civile).

 

 

Source : Le Service Economique Régional de Beyrouth, Ambassade de France au Liban avec le concours des Services Economiques de la région (Amman, Bagdad, Erbil, Jérusalem, Le Caire, Téhéran et Tel Aviv).

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *