#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Institutions #PhotosEtVideos #ALGERIE #EGYPTE #LIBAN #MAROC #TUNISIE
Fiona Urbain
mardi 14 avril 2020 Dernière mise à jour le Mardi 14 Avril 2020 à 07:13

Ecomnews Med a pu interviewer par visioconférence Pascal Bergeret, le Directeur du CIHEAM-IAMM (Institut agronomique méditerranéen de Montpellier). Il nous livre son analyse sur la situation dans les pays du pourtour méditerranéen. Avis d’expert

 

Selon Pascal Bergeret, Directeur du CIHEAM-IAMM (Institut agronomique méditerranéen de Montpellier) la situation au Liban est alarmante : 

« Les autorités ont fait appel à la communauté internationale pour approvisionner le pays en semences, en engrais et produits phytosanitaires. La crise sanitaire se double d’une crise économique et monétaire avec une pénurie de devises et donc de possibilités d’importations ».

Le Maroc est confronté à une sécheresse.

« Le pays a des problèmes d’approvisionnement en eau, même sur les zones irriguées, mais dispose de ressources humaines de premier plan, et de ressources matérielles et financières donc je suis plutôt optimiste même si la situation est inquiétante. »

L’Algérie : 

« En Algérie les prix du pétrole sont très bas donc le budget public va être en fort déficit cette année. Mais l’Algérie n’est pas un pays pauvre donc on peut penser qu’il pourront passer ce cap difficile. L’Algérie est très dépendante des importations en céréales donc son approvisionnement est soumis au fonctionnement des chaines logistiques internationales.

La question que l’on se pose, c’est de savoir si les prix vont augmenter, si les pays exportateurs notamment la Russie vont bloquer leur exportations ? »

L’Egypte : 

« L’Egypte est aussi un pays très dépendant des importations de céréales mais l’Etat dispose de nombreuses ressources et pourra faire face ».

Paradoxal : 

« C’est paradoxal, car les stocks sont au plus fort, ils sont pleins. Le CIHEAM suit les marchés céréaliers de près : prévisions de récoltes, prévisions de consommation, d’importations et d’exportations… Si des décisions comme les restrictions à l’exportation se prennent de manière unilatérale, sans concertation, cela peut avoir des effets catastrophiques.

Ce genre de réseau, comme le CIHEAM qui rassemble 13 pays est vital pour l’avenir, car les pays échangent des informations et des bonnes pratiques. »

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *