Maroc : 4,3 millions de familles aux métiers précaires vont bénéficier d’aides financières directes dans le cadre de la crise sanitaire 
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #MAROC
Denys Bédarride
mardi 5 mai 2020 Dernière mise à jour le Mardi 5 Mai 2020 à 06:27

Quelque 4,3 millions de familles marocaines, vivant essentiellement du secteur informel ou de métiers précaires, vont bénéficier d’aides financières directes pour faire face à la crise liée à la pandémie du nouveau coronavirus, a annoncé le ministre marocain de l’Economie Mohamed Benchaaboum.

Le ministre s’exprimait dans un discours devant le Parlement, précise le site Maghreb.info 

Benchaaboum a précisé, à l’occasion, qu’environ 1,8 million de foyers ont déjà touché ces aides financées par le fond spécial d’urgence “Covid-19” créé sous l’impulsion du roi du Maroc.

Les aides allouées à ceux qui vivent de petits boulots au noir ou de métiers indépendants sans couverture sociale vont de 800 à 1.200 dirhams (75 à 110 euros) par mois selon la taille du foyer, précise la même source.

Le Maroc avait précédemment, annoncé le gel des factures d’eau et d’électricité. Les remboursements des crédits à la consommation sont également reportés, rappelle le même média.

Au Maroc le secteur informel, représente près de 8 emplois sur 10 selon les derniers chiffres de l’Organisation internationale du travail (OIT). Les chiffres montrent, en outre, que la pauvreté, au Maroc, est grandissante: avec plus de 3 millions de pauvres avant la crise, leur nombre pourrait être multiplié par trois, voire plus, si la crise dure”

Le secteur informel n’est pas le seul à pâtir de la situation : les entreprises ont également été impactées : 142 000 entreprises, soit plus de la moitié des sociétés que compte le pays, ont dû arrêter leur activité, définitivement ou temporairement. 800 000 salariés et employés se sont ainsi retrouvés au chômage, précise la même source.

Le Maroc compte à ce jour 4246 cas confirmés de Covid-19 dont 163 décès.

Source Agence Anadolu 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *